Fifth Business de Robertson Davies

Deptford, petit ville du canada. L’histoire commence précisément le 27 décembre 1908 à 5h58, lorsque le jeune Dustan Ramsay rencontre pour la première fois Mme Dempsey, rencontre qui va le lier à vie à cette femme. Dunstan n’a que dix ans et s’amuse en cette période de noël avec son ami Percy. Une querelle entre les deux garçons éclate mais Duncan abandonne Percy à sa colère car il doit rentrer manger. Par dépit, Percy décide de jeter une boule de neige (avec un morceau de pierre à l’intérieur) sur Dunstan, boule de neige qui atterrit sur Mme Dempsey. Geste enfantin qui aura des conséquences dramatiques pour la jeune femme et les deux garçons: touchée par la pierre, Mme Dempsey enceinte accouche prématurément d’un garçon et sombre dans la folie. Quelques mois plus tard, après un accès de folie, la famille Dempsey quitte le village.

Dunstan est envoyé sur le front en France (WWI), de retour après la guerre (décoré pour un exploit qu’il refuse d’admettre), il se lance dans des études d’histoire. Des années plus tard, il est professeur à l’université et écrit des livres sur les saints (je ne vous dis pas pourquoi, c’est un point d’originalité du roman). Au fil du temps, il retrouvera Percy, alias Boy Staunton le roi du sucre, il retrouvera également Mme Dempsey toujours aussi malade. Et surtout il croisera à deux reprises le fils de Mme Dempsey, Paul devenu un brillantissime magicien.

Fifth business: nom donné à Dunstan par l’un des personnages qui s’explique ainsi:

« (…) in opera in a permanent company of the kind we keep up in Europe you must have a prima donna – always a soprano, always the heroine, often a fool; and a tenor who always plays the lover to her; and then you must have a contralto, who is a rival to the soprano, or a sorceress or something, and a basso, who is the vilain or the rival or whatever threatens the tenor.

So far, so good. But you cannot make a plot work without another man, and is usually a baritone, and he is called in the profession Fifth Business, because he is the odd man out, the person who has no opposite of the other sex. And you must have Fifth Business because he is the one who knows the secret of the hero’s birth, or comes to the assistance of the heroine when she thinks all is lost, or keeps the hermitess in her cell, or may even be the cause of somebody’s death if that is part of the plot. The prima donna and the tenor, the contralto and the basso, get all the best music and do all the spectacular things, but you cannot manage the plot without fifth business! »

Écriture très 19ème, sans les travers de l’époque (longueur, rebondissements à n’en plus finir pour cause d’écriture en feuilleton). Dans ce roman, l’écriture est très classique: un narrateur omniscient, beaucoup de descriptions, de dialogues mais pas d’esbroufe, et ça fait du bien. Tous les personnages sont intéressants notamment dans leurs travers, leurs bassesses et leurs ambigüités (notamment Boy). Quelques rebondissements dans l’intrigue mais rien de comparable à certains vaudevilles. Dunstan raconte son histoire (au doyen de l’université qui le remplace à ce poste), donc le récit est sobre.

Quelques « défauts »: une certaine froideur  ressenti à l’écoute du narrateur (Mathieu dit que c’est voulu). Je trouve parfois que cela rend la lecture moins passionnante quand on n' »adhère » pas au narrateur. Sinon, le narrateur écrit au doyen et franchement on ne voit pas bien l’intérêt de cette mise en abîme.

Au début du roman, l’auteur donne à son récit une touche surnaturelle ou fantastique avec cette histoire de boule de neige aux conséquence dramatiques. On retrouve la même chose un peu plus tard dans le roman avec les recherches du narrateur sur les saints et avec la découverte de Paul. Reste qu’à chaque fois le récit retombe très rapidement dans l’ordinaire (la scène de rencontre avec Paul est assez marquante à ce propos, Paul apparaît au début de la scène comme un magicien hors normes, puis très vite son personnage devient plus trivial).

Maintenant il s’agit du premier tome d’une trilogie et j’ai très envie de lire la suite. Peut-être que l’ensemble sera cohérent et que les défauts ressentis dans ce premier tome ne seront plus que de l’histoire ancienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s