Tobie Lolness de Timothée de Fombelle

Tobie Lolness vit avec ses parents dans l’Arbre. Tobie a treize ans, ne mesure que quelques millimètres, son père est un scientifique réputé et sa mère n’a d’yeux que pour lui, Tobie, leur fils unique. Les travaux scientifiques du père de Tobie – Sim – traient presque exclusivement de la compréhension de l’Arbre. Après s’être intéressé aux plantes, aux insectes et aux oiseaux qui vivent aux abords de l’Arbre, Sim s’est finalement intéressé à ce qui faisait l’Arbre: comment il vivait? Comment il se développait? Y avait-il une vie en dehors de l’Arbre? Il comprit rapidement que la sève de l’Arbre constituait un élément vital à sa survie comme le sang pour les humains. En effet, suite à une expérience malencontreuse , Sim découvrit que la sève de l’Arbre pouvait donner la vie à n’importe quelle machine. Fort de cette expérience, Sim s’empressa d’alerter les habitants de l’Arbre afin que tous cesse de pomper la sève de l’Arbre au risque de la faire mourir. Ce que les habitants comprirent – et notamment l’industriel Jo Mitch – c’est que la sève avait des propriétés étonnantes. Ils voulurent donc les travaux de Sim. Refusant de livrer le secret de la sève, la famille Lolness est exilée puis emprisonnée. Seul Tobie parvint à s’échapper. Le roman débute par la traque de Tobie qui essaie à la fois d’échapper à ses poursuivants et de trouver un moyen de libérer ses parents…

Une fable écologique extraordinaire. Très rapidement on comprend que l’Arbre représente la Terre et que les questions posées par Sim reflètent nos interrogations actuelles: y-a-t-il une vie en dehors de la Terre/de l’Arbre? D’où vient la Terre/l’Arbre? Quelles sont les conséquences de nos actions sur la Terre/l’Arbre? Par ignorance, les habitants de l’Arbre ont pris peur de ses racines, des peuples qui vivent dans ses racines et de ceux qui vivent dans l’herbe autour de l’Arbre?

Toutes ces questions sont posées dans le livre, elles ne représentent que la toile de fond, le récit lui plus classique suit Tobie dans l’Arbre essayant de semer ses poursuivants. Le récit est souvent drôle, il y a beaucoup de trouvailles (cf. le peuple de l’herbe et leur habit de lin, ou les peintures rupestres que Tobie crée dans la grotte). L’auteur joue beaucoup sur la symbolique.

Dernier argument en faveur de ce livre, il est illustré par François Place ce qui ne gâche rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s