Le Signe de la Lune de Enrique Bonet et José Luis Munuera

Une vieille femme se souvient de sa mère et entreprend de raconter son histoire. Quelques années plus tôt, sa mère – Artémis – vouait une admiration sans borne à la lune. A cette époque, Artémis est la plus belle fille du village. Rufo, un garçon violent, et Brindille, un garçon plutôt solitaire, sont tous les deux amoureux d’elle. Un jeu stupide orchestré par Pif, le souffre-douleur du village, va amener les deux garçons à se battre pour conquérir la belle Artémis. Pif a en effet caché dans la forêt un médaillon en forme de lune, que les deux garçons veulent trouver pour l’offrir à la jeune fille. Mais cette dernière par défi veut elle aussi participer au jeu. Un jeu a priori inoffensif qui va se conclure sur un drame.


Quelques années plus tard, Rufo est le chef tyrannique du village, Brindille est toujours aussi solitaire et Artémis vit prostrée chez elle. Et cette vieille histoire continue d’empoisonner leur existence.

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée. L’histoire n’est pas très originale, mais les auteurs parviennent à y insuffler un brin de fantaisie et de merveilleux, contrairement à Cyril Pedrosa dans Trois ombres. L’histoire se lit comme un conte avec ce qu’il faut de tragique, de naïf et de fantastique.

L’autre grande qualité de cette bande dessinée est le dessin que je trouve magnifique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s