Teotihuacan, la cité des Dieux

Dimanche, nous sommes allés voir l’exposition sur la cité des Dieux, Teotihuacan.

Passons rapidement sur les questions pratiques: vingt minutes d’attente pour entrer dans l’exposition, un monde impressionnant et … des poussettes, parce que maintenant on vient en poussette avec enfants en bas âge et nourrissons pour voir les expositions. Un père de famille qui s’apprêtait à nourrir son bébé près de la statue du jaguar à l’entrée de l’expo a été prié de sortir. L’odeur de nourriture pour bébé est assez surprenante dans un lieu d’exposition.

Maintenant l’exposition en elle-même. Au centre de l’expo, il y avait une représentation au sol de la cité des Dieux avec les bâtiments qui ont été fouillés représentés par des blocs en carton. L’ensemble donne une assez bonne idée de la taille de la cité, ainsi que des questions concernant l’origine et la fonction des différents bâtiments. Pour faire simple, si les archéologues retrouvent dans leur grande majorité les différentes fonctions de la cité (religieuse, politique, économique), ils divergent sur les emplacements et les bâtiment qui y sont liés.

Une chronologie à l’entrée de l’exposition présente à la fois les civilisations maya, aztèques et celle de Teotihuacán et également notre chronologie antique (Égypte, Grèce, Rome) et médiévale. Et là premier choc, la civilisation Maya couvre l’équivalent de la Grèce antique à la Renaissance. On comprend rapidement que les distinctions époque antique / époque médiévale ne sont pas pertinentes pour ces civilisations.

Le reste de l’exposition se divise en différents « ateliers »: l’urbanisme, les croyances, les guerriers, l’artisanat, l’art et enfin (et c’est ce qui m’a semblé le plus obscur) la perception de la civilisation Teotihuacán dans les autres civilisations mésoaméricaines. L’influence Maya dans la poterie de la civilisation de Teotihuacán m’a un peu échappée.

J’ai appris quand même quelque noms de Dieu:

Le Dieu orage: Tlaloc reconnaissable à ses lunettes.
Le Dieu Feu: Huehueteotl, reconnaissable à son visage de vieux homme et à sa bouche édentée.
Le Dieu serpent: Quetzalcóatl, le plus connu et le plus facile à reconnaitre.
Un Dieu féminin que les archéologue eux -mêmes ont du mal à définir.

Une exposition intéressante, mais difficile à suivre en raison du nombre de visiteurs et de la difficulté du sujet.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s