Kaamelott, livre VI d’Alexandre Astier

Les trois premiers épisodes sont réussis. Les décors de « Rome, » l’idée de s’intéresser à l’origine d’Arthur dont on sait simplement qu’il était dux bellorum donc au service de l’Empire déclinant, est très bonne. Astier en profite pour aller à fond dans le côté romain décadent (mais les Bretons le sont tout autant, ce qui est encore plus drôle).

Par contre, la réalisation devient de plus en plus poussive au fur et à mesure des épisodes. Astier se paie le luxe de filmer des scènes sans action, sans dialogue, sans comique, de plus en plus souvent, usant parfois même du ralenti à tort et à travers. Si parfois cela donne une scène agréable (la déambulation d’Arthur dans la villa Aconia), beaucoup sont franchement pénibles et insipides. Heureusement, beaucoup de scènes restent hilarantes notamment grâce à des lignes de dialogue percutantes. Mais, à réfléchir sur l’évolution de la série et notamment au trois épisodes suivant, je ne crois pas qu’Astier ait fait le bon choix: à vouloir être plus sérieux, il s’expose donc à ce qu’on le juge sur d’autres critères, plus exigeants, et je ne suis pas sûr, notamment sur le plan de la réalisation, qu’il soit à la hauteur… Après, je suis pessimiste et je vais peut-être me tromper, mais les longs métrages annoncés me font peur.

Sur l’ambiance: Astier a choisi de faire baigner la série dans une sorte de mélancolie douce-amère parfois grinçante depuis le livre V. Très bien, pourquoi pas. Mais, si on raccroche avec la réalisation, l’impression de vide est de fait plus prégnante encore. Du coup, il doit le sentir et essaie de relancer la dynamique par des blagues qui ne sont pas toujours les plus fines (les épisodes 4, 5 et 6 étant quand même beaucoup caca, bande mou, etc.). Je trouve l’écriture moins bonne, de manière générale. Les acteurs en rajoutent des caisses comme pour tenter de meubler les creux, mais ce faisant ils ne font que souligner le côté insipide de certaines scènes (toutes les scènes de Jackie Berroyer en père de Perceval sont d’un vide affligeant). D’ailleurs à force de vouloir faire sérieux, il commet des bourdes: ainsi je pense que vouloir justifier à tout prix le fait qu’Arthur ne couche pas avec Guenièvre par un mariage secret et une promesse est une erreur: c’est bien plus drôle de ne rien justifier et de se baser que sur le comique de la situation d’Arthur qui n’est pas attiré par Guenièvre (ce que toute la série laissait entendre jusqu’alors).Attention, je souligne ce qui ne va pas, mais je regarde cette série avec beaucoup de plaisir, ne serait-ce que parce que c’est Arthur à Rome et le comment il est devenu le Roi Arthur. Par contre, je n’ai pas vu ce qu’écrivait J. sur le dramatique de la destinée d’Arthur. Pourtant — et ceux qui ont joué « Riders on the Storm »* le savent — c’est un thème qui m’est cher: Arthur est le personnage le plus dramatique de la littérature médiévale: il est condamné à être trahi par tous ceux qu’il aime et ce pour que les autres puissent trouver la rédemption. Je comprends qu’Astier veuille aller sur ce terrain mais il faut qu’il soit sûr d’être suffisamment armé pour pouvoir s’en sortir.

* Dans cette chronique pour Changeling: The Dreaming, les personnages-joueurs incarnaient des chevaliers de la Table Ronde aujourd’hui et participaient à l’écroulement de la Camelot moderne aux USA. Le mythe arthurien était joué par les fées comme un dernier spectacle avant leur disparition finale. Le personnage central, David, ayant été choisi pour incarner Arthur, savait le destin qu’il lui était promis et avait choisi de l’assumer, ce qui le ressort même de la tragédie. Donc oui, la légende arthurienne est bien une geste tragique médiévale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s