Shooting War d’Anthony Lappé et Dan Goldman

2011. McCain a été élu président des États-Unis, il a fait bombardé l’Iran et la guerre fait rage au Moyen Orient entre les forces de la coalition dirigés par les américains et les opposants irakiens et iraniens. Un journaliste, Jimmy Burns, qui s’est fait remarquer quelques mois plus tôt grâce à son blog, est envoyé par une chaîne de news pour couvrir la guerre en Irak. Jimmy Burns a été engagé par cette chaîne de télévision grâce à un « coup de chance ». Par hasard il a filmé une attaque terroriste dans un Starbucks, ses images ont été largement diffusées par les chaines de télévision et c’est finalement Global News qui l’a engagé. Maintenant il est en Irak et il s’aperçoit que la guerre mené par les américains est sale et que les médias omettent certains détails pour ménager McCain.

Présentée comme une approche révolutionnaire de la guerre en Irak, j’avoue que la lecture de cette bande dessinée m’a laissée de marbre. A moins d’être particulièrement éloigné des préoccupations actuelles, on apprend rien sur le conflit en Irak. Le propos est même prétentieux, les explications quant aux rapprochement entre les groupes terroristes sont parfois douteuses. Les auteurs inondent la BD d’événements à tel point que l’ensemble parait très incohérent et qu’on se demande si cette profusion d’informations n’est pas là pour masquer un vide quant à la réflexion. Les auteurs en rajoutent des caisses, ce qui me fait dire qu’ils ne connaissent pas bien leur sujet et qu’ils veulent juste impressionner le public américain par des images chocs et des propos soi-disant subversif. Ce qui est drôle puisque c’est juste ce qu’ils dénoncent plus ou moins dans le journalisme actuel. Et puis on a pas besoin d’imaginer que des soldats américains tuent des civils dans un hôpital à grand renfort  de robots tueurs pour se poser des questions sur la légitimité de leurs actions en Irak.  S’il faut grossir le trait à ce point là pour éveiller les consciences, eh bien ça fait un peu peur.

https://i0.wp.com/farm1.static.flickr.com/91/241700337_7812fa4e9e.jpg

Quant au dessin je le trouve assez vulgaire. Les retouches numériques sont clinquantes, on est loin d’un dessinateur comme Civillo qui allie de façon extraordinaire le dessin manuel avec les capacités du numérique.

Bref j’ai pas beaucoup aimé, j’ai trouvé ça grande gueule et assez peu subtile finalement. Le New York Times présente ce roman graphique (quelle prétention, c’est pas un roman graphique, Eisner fait du roman graphique, là on en est loin) comme « Audacieux, choquant, remarquable et diaboliquement intelligent ». Audacieux pourquoi pas, choquant c’est le but et du coup je trouve que justement ils ne le sont pas, ils sont vulgaires mais pas choquant, remarquable faut voir et diaboliquement intelligent faut pas déconner.

Livre best-seller des campus américain, eh bien! Bon sinon sur leur site tu peux acheter un T-Shirt Shooting Wars, super l’éveil des consciences.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s