Hunger de Steve McQueen

Film britannique réalisé en 2008, et qui passe en ce moment sur Canal +.

Le film raconte la mort de Bobby Sands, après 66 jours de grève de la faim, pour protester contre les conditions de détentions des prisonniers irlandais et pour obtenir un statut de prisonnier politique. Le film se divise en trois parties. La première est consacrée à la premier vague de protestation entamée par les prisonniers irlandais contre l’administration pénitentiaire. Elle consiste principalement à refuser les habits de prisonniers (et donc à ne porter qu’une couverture), à refuser de se laver et à répandre leurs excréments sur le mur de sa cellule. Les prisonniers irlandais veulent obtenir le statut de prisonnier politique et ainsi avoir le droit de garder leurs vêtements civils, de se réunir. Régulièrement les forces de l’ordre délogent les prisonniers à coups de matraque, les forcent à se laver et leur coupent les chevaux, tout cela avec une extrême violence. Une première négociation semble aboutir, les prisonniers irlandais arrêtent leur mouvement, parce qu’on leur promet de nouveaux habits. En fait, humiliation suprême, les autorités leur donnent des habits ridicules (pantalon à carreaux verts, pull rose, etc…).

La deuxième partie du film se concentre sur une rencontre entre Bobby Sands (relativement absent de la première partie du film) et un prêtre catholique. Bobby Sands explique au prêtre la suite du mouvement. Comme ils n’ont pas obtenu gain de cause (leur statut politique), ils ont décidé d’entamer une grève de la faim. Une précédente grève de la faim avait échouée, aussi décident-ils d’étaler dans le temps leur nouvelle grève de la faim. Tous les quinze jours un prisonnier irlandais commencera sa grève de la faim, jusqu’à ce que les autorités plient. Bobby Sands est le premier à débuter. S’ensuit une discussion où le prêtre tente de faire plier Bobby Sands (en l’accusant principalement de suicidaire).

La troisième partie suit la « longue » agonie de Bobby Sands. Rien n’est épargné au spectateur qui assiste impuissant à la désagrégation d’un corps: escarres, excréments sanguinolents, rejets biliaires, etc…).

Ce film ne privilégie pas l’aspect politique et historique de Bobby Sands. On reste dans les murs de la prison, et le propos politique se limite aux revendications des prisonniers politiques. Pourquoi sont-ils emprisonnés? Sont-ils tous membres de l’IRA? A quel grade? Rien n’est dit sur le passé de ces prisonniers ni sur la situation en Irlande du Nord. Le film se focalise uniquement sur les corps et sur la violence faite aux corps. Face à la violence des autorités anglaises, ces prisonniers n’ont plus que leurs corps pour se défendre. D’abord tentative d’humiliation (excréments sur les murs, urines dans les couloirs), le corps devient une arme dont se servent ses prisonniers pour déstabiliser le pouvoir. Et leur démarche est extrémiste puisqu’ils vont jusqu’au sacrifice ultime de leur propre corps. Par la même ils s’infligent un degré de violence encore non atteint pas les forces de l’ordre.

L’intérêt de ce film est de montrer la violence dans sa forme la plus crue. Il nous montre aussi la réalité d’un sacrifice. A un moment lorsque les prisonniers répandent leurs excréments sur les murs de leurs cellules, je me suis demandée qui de l’administration ou de prisonniers devaient se sentir le plus humilié. A un tel niveau de violence, le film nous montre que celle-ci se partage entre le victime et son bourreau, qu’elle abime les deux.

Un film dérangeant, extrêmement violent, à ne pas regarder pour se détendre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s