Lost saison 5

https://i0.wp.com/www.papygeek.com/wp-content/uploads/2008/11/lost-saison-5-large-500x312.jpgOn avait terminé la saison 4 avec la satisfaction que certains survivants avaient enfin réussi à quitter l’île. Maintenant ils veulent revenir sur l’île. Ca pourrait être drôle, mais en fait non parce que Lost n’est pas une série drôle malgré ses erreurs, ses rebondissements à deux balles et ses personnages lunatiques. Lost est une série sérieuse, servie par des scénaristes qui se prennent au sérieux (on se demande pourquoi d’ailleurs, vu la qualité de leur travail) et des acteurs qui croient sérieusement à la cohérence de leur personnage (et là encore on se demande comment ils font pour tenir des personnages aussi inconsistants).

Cette saison 5 de Lost se décompose en trois parties:

  • De l’épisode 1 à l’épisode 8, l’histoire fait un parallèle entre ce qui se passe dans le temps présent entre les six survivants (et comment Jack aidé de Ben tente de les convaincre de retourner sur l’île) et ce qui se passe sur l’île où suite au départ des six survivants (ou à cause de Ben qui n’est pas celui qui aurait du tourner la roue) le temps est détraqué. Ce dérèglement du temps entraîne des sauts temporels à n’en plus finir (au moins quatre à cinq par épisode), sauts temporels qui provoque la maladie de Charlotte (qui finit pas mourir sans qu’on sache réellement pourquoi elle et pas les autres) et notre ennui profond. L’épisode 6 est un modèle du genre, au moment où les six survivants reviennent sur l’île, Locke tourne la roue sur les conseils du père de Jack (?), ce qui fait que les fans de Lost ne savent pas quel événement a stoppé le dérèglement de l’île (nous, on s’en fout depuis longtemps). L’épisode 8 officialise les retrouvailles entre le groupe de Jack (avec Kate, Sayid et Hurley) et le groupe de Sawyer, en 1977. Dans ce même épisode est constitué un nouveau groupe autour de Locke, Sun etLapidus, mais dans le temps présent pas en 1977. Notez qu’il faut aux scénaristes deux épisodes pour ramener Jack, Kate, Hurley et Sayid à la base Dharma. A la fin de la l’épisode six, Jack, Hurley et Kate sont de retour sur l’île et sont surpris par Jin, habillé en tenue de Dharma. Il faudra attendre le début de l’épisode 8, pour que Jin contacte Sawyer et le prévienne qu’ils sont de retour. Notez également le génie des scénaristes qui nous gratifie d’une nouvelle séparation entre Sun et Jin, sans qu’on sache bien pourquoi.
  • De l’épisode 9 à l’épisode 14, hormis quelques courts passages avec Locke, Sun et les survivants du crash Aijira 316, l’essentiel des épisodes se passent  en 1977, au moment où les six survivants tentent aussi bien que possible de se fondre dans le projet Dharma. Ces survivants doivent aussi comprendre pourquoi ils sont revenus puisque maintenant que l’île a arrêté de se détraquer, ils ne savent plus pourquoi ils sont revenus, les pauvres (nous non plus d’ailleurs). Parmi les surprises de ces épisodes: la prétendue mort de Ben, la bien réelle mort de Faraday (?), l’absence d’éléments nouveaux sur Dharma. Eh oui six épisodes sur Dharma en1977, et rien de bien fameux à se mettre sous la dent. A noter que comme il n’y a plus de sauts temporels, et comme le parallèle avec le temps présent hors de l’île s’est clot sur le retour des six survivants, les scénaristes ont repris cette bonne vieille recette des flashbacks sur des personnages (ici Miles et Faraday).
  • De l’épisode 15 à la fin de la saison, on retrouve Locke qui prend en main les autres et les amène voir Jacob. Locke – de moins en moins Locke – pousse Ben à tuer Jacob. En 1977, Faraday après avoir réfléchi pendant trois ans, comprend que les humains ont un libre arbitre et qu’ils peuvent donc influer sur leur destinée. C’est pas un génie pour rien, ce Faraday. Il explique alors que l’incident qui se produira sur l’île dans les quatre heures suivants son arrivée (comment c’est pratique, il aurait pu revenir quatre jours avant quand même, mais cela aurait été moins drôle), cet incident donc va entraîner la création de l’abri et l’obligation de saisir à des temps réguliers les fameux chiffres d’Hurley. Ce que Desmond omettra de faire une fois, et ce qui provoquera le crash de l’Océanic. Pour « effacer » le crash (et donc pour permettre aux scénaristes de repartir à zéro), Faraday veututiliser la bombe H qui est sur l’île (parce qu’en plus de deux avions crashés, d’une communauté de scientifiques, d’un bateau, il y a aussi une bombe H sur l’île), pour absorber la décharge magnétique née du premier incident. Et là encore on ne remerciera jamais assez les scénaristes de Lost pour avoir réussi un coup de maître: l’incident se produit, la bombe explose (ou pas), et le passé a été effacé (ou pas). Juliet meurt (ou pas encore). Jacob meurt (mais apparaît dans des flashbacks où il rencontre certains passagers du vol Océanic comme Sun, Jin, Jack, Hurley, Locke, Jack, Kate, en fait les acteurs principaux de la série).
Et c’est la fin. Toute une saison pour si peu d’avancée dans la « mythologie » Lost. On n’en sait pas plus sur Dharma, sur les chiffres, sur l’île et on se demande comment les scénaristes vont faire pour raccorder tout cela. A moins que la prétendue explosion leur permette de faire table rase et de repartir sur autre chose.

Quelques incohérences:

–   Pourquoi ceux qui paient pour le projet Dharma, ne s’inquiètent-ils pas de la disparition de leur communauté et de leur sous-marin (utilisé allègrement par Ben pour évacuer Widmore)?
–   Sayid a eu une activité débordante après avoir quitté l’île: tueur à gage pour Ben, missionnaire à St-Domingue, puis retour en tueur à gage. L’évolution de ses cheveux (lissés, bouclés, puis lissés à nouveau) est à ce titre très intéressant.
–   Heureusement Ben n’est pas mort sinon il y avait vraiment un gros bug. Reste à savoir pourquoi des années plus tard, Sayid ne se souvient-il pas, en rencontrant Ben adulte, d’avoir voulu le tuer enfant.
–   Pourquoi Kate retourne-t-elle sur l’île? Pas pour Sawyer (ou alors il faut définitivement qu’elle sache ce qu’elle veut), et si c’est pour Claire alors autant qu’elle se tire une balle dans le pied.
–   Pourquoi Sayid est-il dans l’avion Aijira 316, belle coïncidence que de le faire ramener par ce vol, sous la bonne garde d’un des autres?
–   Pourquoi faut-il que Locke ait les chaussures du père de Jack? La justification est tellement ridicule qu’on se demande si les scénaristes n’ont pas une autre explication que celle donnée dans l’épisode.
–   Pourquoi Sun n’est pas avec les autres survivants (autrement que parce qu’il fallait encore une fois rallonger la sauce et la faire séparer de Jin)?

Et le début de la saison 6 n’est guère rassurant sur la suite (et la fin?) de cette série.

— LN

 

Après 173 e-mails échangés entre amis, c’est B. qui a posé la question la pluspertinente: « pourquoi continue-t-on de regarder une série si c’est pour en dire que du mal? »

En substance, on continue de regarder, car le matériau original sur lequel les scénaristes travaillent (exploitent jusqu’à l’épuiser) est sacrément engageant.

Elle nous ennerve, car les mêmes créateurs de la série multiplient les effets de manchette, les tours de passe-passe, les références en veux-tu en voilà qui ne servent qu’à masquer sans y parvenir la médiocrité de leur réflexion, l’incohérence de leur narration, la vacuité de leur propos et le meurtre sans cesse renouvellé de leurs personnages. En effet, les personnages de Lost ne peuvent pas mourir (à l’instar de Ben): les scénaristes les ont déjà tués dix fois, quinze fois, vingt fois au cours des saisons précédentes tant ils les activaient ou désactivaient selon leurs besoins scénaristiques, ne se souciant ni de la crédibilité ni que les spectateurs interpréteraient tous ces effets comme les ressorts grossiers qu’ils sont.

Lost est vraiment l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire pour raconter une histoire: tourner à vide sur six saisons alors que deux auraient largement suffi.

D’autant que si c’est pour dire à la fin que c’est un combat du bien (Jacob, habillé de blanc) contre le mal (Bidule, habillé de noir), c’est fou comme c’est original.

Maintenant, arrivés à la fin de la saison 5, on a regardé 105 épisodes (sans compter les doubles) à raison de 50 min. par épisode soit à peu près 100h de notre temps. On va aller jusqu’au bout, histoire qu’on n’ait pas regardé tout ça pour rien, et histoire de pouvoir déverser tout notre fiel pendant des années une fois que ce sera fini…

… à moins que les créateurs fassent le coup de la boucle et donc ce ne sera jamais fini.

— Mathieu

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s