Star of the Sea de Joseph O’Connor

https://i0.wp.com/img1.fantasticfiction.co.uk/images/n16/n81851.jpg« Star of the Sea » est le nom d’un bateau faisant voile de Liverpool vers New York en l’an 1847, année terrible pour l’Irlande souffrant de la famine. A bord, en tant que passagers de première classe, on trouve Lord David Merredith, sa femme et ses deux enfants ainsi que leur nounou, une paysanne irlandaise, Mary Duane; le journaliste abolitionniste et aspirant-écrivain américain Grantley Dixon; un étrange maharadja et son serviteur, un prêtre protestant. Dans la soute, ce sont les centaines de réfugiés irlandais ayant payé leur passage et rêvant de la Terre Promise mais dont la plupart va mourir au cours de la traversée. Parmi ces miséreux, Pius Mulvey, fugitif et meurtrier en devenir malgré lui, est surveillé par une société secrète nationaliste irlandaise.

  Le roman se présente en réalité sous la forme d’une collection d’extraits d’un autre roman (ou plutôt un compte-rendu par Dixon), de coupures de presse et d’extraits du journal de bord du capitaine. En mêlant ces narrations complémentaires et les subjectivités qu’elles véhiculent, Joseph O’Connor nous fait découvrir que chaque personnage porte en lui des sombres secrets et que les relations qu’ils entretiennent sont à la fois complexes et chargés de tragédies quotidiennes qui seront révélées par petites touches, chapitre après chapitre. A la fois pastiche littéraire s’inspirant de la littérature de l’époque (que je ne connais pas assez pour apprécier à sa juste valeur) et roman de moeurs, O’Connor parvient à maintenir l’intérêt du lecteur et les narrations multiples ne semblent jamais ennuyeuses (ce qui était un risque). L’autre force du roman se situe dans quelques scènes extrêmement puissantes qui le parsèment: la dispute entre David Merredith et son père, l’histoire d’amour tragique car impossible entre David et Mary, l’évasion de prison de Pius… et de nombreuses autres sont autant de moments forts qui démontrent le talent de l’auteur. En suivant ses personnages au plus près, par petites touches successives, sans le dire d’emblée, en se faisant passer pour un thriller à bord d’un bateau ou pour un pastiche, le roman livre au final un tableau de l’Irlande au temps de la famine et de la complexité de son peuple sans jamais tomber dans le piège de la généralisation outrancière.

  Toutefois, ce roman souffre de quelques défauts: le style d’O’Connor est parfois quelque peu anodin et il lui manque le petit quelque chose d’indéfinissable mais d’indispensable qui est la caractéristique des plus grands. De plus, s’il est bon qu’O’Connor ait choisi une galerie de personnages qui sont autant d’archétypes il lui arrive parfois de manquer de profondeur en les dépeignant ce qui a pour effet d’en faire de simples clichés. Mary Duane et Laura Merredith, soit les deux principaux personnages féminins, sont à cet égard les moins bien traités, ce qui est très, très regrettable. David, Pius et Grantley, les personnages masculins, sont mieux réussis.

  Néanmoins, j’ai beaucoup aimé lire ce roman que je recommande à tous ceux qui aiment l’histoire et l’Irlande et notamment l’Irlande au XIXe siècle et à tous ceux qui aiment les histoires puissamment tragiques. Pour ma part, j’ai déjà acheté « Redemption Falls, » le roman qui se présente comme une suite à « Star of the Sea » et qui a pour cadre cette fois-ci la guerre de Sécession. Miam!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s