L’Arbre de Julie Bertuccelli

Dawn (Charlotte Gainsbourg) vit avec son mari Aden et ses quatre enfants en Australie, dans une magnifique maison au milieu de nulle part, protégée uniquement par un figuier monumental qui embrasse pratiquement toute la maison. Elle ne travaille pas, son mari gagne suffisamment d’argent pour survenir à leur besoin. Il travaille sur des chantiers et doit parfois s’absenter pendant plusieurs jour. Un jour, au retour d’un de ses périples, Aden meurt brutalement sous les yeux de sa famille, à quelques pas de sa maison, sous l’arbre protecteur. Peu de temps après, l’unique fille de Dawn prétend parler à son père dans l’arbre. Le jeune gamine pense alors que son père s’est réincarné dans l’arbre. Comme on a l’habitude de mettre les bandes d’annonces, je mets celle du film en conseillant à ceux qui voudraient le voir de ne pas la regarder pour garder leurs émotions intactes…

Pour moi un film magnifique, qui ne vaut pas « Bright Star, » mais qui s’en approche dans de nombreuses scènes. La scène de la mort d’Aden est bouleversante par sa douceur et laisse le spectateur dans un état émotionnel fort: on est comme saisi par cette scène et ouvert par la suite à ce que va nous raconter ce film. Le film est d’une douceur extrême, malgré les événements qui traversent la vie de Dawn et malgré les thèmes abordés (la mort, le deuil, l’absence…). Ici la mort est vécue comme naturelle, avec la violence et le calme que peut procurer la nature. La relation qu’entretient la jeune fille avec l’arbre est présentée de façon intimiste, presque lacunaire mais quoiqu’en pense le spectateur (réincarnation réelle ou feinte), cette relation parait importante dans ce qu’on appelle communément le travail de deuil. D’ailleurs le film montre les différents aspects et les différentes manières de faire ce deuil. L’aîné de la famille a des réactions complètement opposées à celle de Dawn et de sa fille. Les plans sur la nature sont magnifiques, j’avais peur de voir des plans un peu gauches, sans intérêts, il n’en est rien. La nature environnante a vraiment sa place dans le film: elle est présente comme élément de l’intrigue. L’arbre a la faculté de faire peur et de rassurer, on sent littéralement sa force et son entêtante présence. Dernier point, la musique est judicieusement choisie: Grégoire Hetzel, un artiste à découvrir.

— LN

https://i2.wp.com/www.inthemoodforcannes.com/media/01/01/2018036180.jpg

J’ai été sensible à l’ambiance qui émane de ce film, marquée par la présence de cet arbre, de ses racines et de ses branches qui s’immiscent partout, jusque dans la maison, dans la chambre de Dawn, dans leur vie. Les scènes dans lesquelles la petite fille va parler en chuchotant avec son père dans les branches de l’arbre comme dans un refuge hors de la Terre mais reliée à elle sont empruntes d’une grande beauté. Effectivement, il y a un parallèle à établir avec « Mon Voisin Totoro »: la nature, l’arbre apparaît comme un moyen d’accepter, de comprendre la mort ou la maladie ou en tout cas l’absence. L’absence de la mère malade dans « Totoro, » l’absence du père disparu dans ce film  sont comblées par la présence animiste de l’arbre (avec en sus, dans « Totoro, » l’incarnation physique avec les totoros).

J’ai aimé également ce film pour le mode de vie un peu foutraque qu’il présente. Mode de vie qui ne semble correspondre qu’à ces latitudes où les Européens se sont installés alors que la nature semble leur rappeler chaque jour qu’ils n’ont rien à y faire. Du coup, il faut savoir adopter une approche très jour-après-jour de la vie, sans se soucier des grenouilles dans les toilettes, des racines sous la maison, d’une branche de l’arbre qui détruit un mur et qui s’invite dans la chambre à coucher…

Cependant, et c’est l’une des faiblesses du film, la fin m’a quelque peu gêné: on a l’impression que cette famille ne sait pas ce qu’est un cyclone. Passons… J’ai ressenti d’autres gênes qui m’ont empêché d’apprécier totalement ce film et à la même hauteur qu’Hélène: Charlotte Gainsbourg est une actrice pour lequel je n’éprouve aucune empathie et du coup elle ne m’a guère touché dans ce rôle d’une femme, d’une épouse, d’une mère face au deuil (à l’inverse de la petite fille qui est, encore une fois!, très bien incarnée par cette jeune actrice). Les dialogues m’ont paru creux et peu crédibles, mais sans doute est-ce dû au doublage qui sonnait faux.

Je regrette également que la dialectique entre le quotidien rationnel et le souffle mythique n’ait pas réussi à provoquer une véritable relecture du film, à produire un sens plus profond malgré un équilibre très réussi entre ces deux approches. De fait, je suis bien en peine de savoir pourquoi ce sens n’a pas émergé. Sans doute est-ce ma faute, car ce thème de l’absence/ présence dans le deuil entre réalisme et fantastique est quelque chose qui me hante depuis plusieurs années, ce qui fait que j’attends beaucoup, surtout d’une oeuvre qui explore ce thème dans cette optique.

Malgré tout, ce film vaut vraiment pour ce qu’il infuse en nous, à l’image de l’arbre qui semble plonger ses racines dans les personnages. Une scène où l’on voit l’un des fils arroser l’arbre, enrouler le tuyau d’arrosage puis rentrer dans la maison, le tout avec un plan fixe de la maison et de l’arbre de profil, avec une brume matinale; toutes les scènes nichées dans les branches de l’arbre — autant de moments portés par une véritable grâce, une sérénité qui font de ce film une réussite.

— Mathieu

 

Publicités

Une réflexion sur “L’Arbre de Julie Bertuccelli

  1. Merci pour ce compte-rendu! N’importe comment j’irais le voir pour … L’arbre! Comme vous le savez j’aime les arbres! « Auprès de mon arbre je vivais heureux… » Comme le chantait notre ami Brassens… Ah la symbolique de l’arbre! Ecouter le vent dans les arbres… Petit clin d’oeil! Bon week-end!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s