Blacksad, tome 4: l’Enfer, le silence de Diaz Canales (scénario) et Guardino (dessin)

https://i1.wp.com/www.decitre.fr/gi/34/9782205063134FS.gifNous retrouvons avec plaisir à la Nouvelle Orléans le détective Blacksad, employé cette fois par un producteur de jazz, prénommé Faust, pour retrouver un pianiste génial, Sebastian Fletcher. Encore une fois, l’enquête s’avère périlleuse: Blacksad doit composer avec un autre détective plutôt chagriné d’avoir été évincé de l’enquête, avec le fils de Faust qui voit d’un mauvais oeil que son père dépense son argent pour rechercher un pianiste, avec des musiciens et des barman plutôt pas bavards et une ville en proie au carnaval.

 J’ai lu le tome 3 juste avant de lire ce tome 4. Dans les deux cas, je trouve le scénario un peu prévisible et construit de la même manière: une enquête prétexte qui permet à Blacksad de révéler d’anciens secrets que voulaient cacher les personnes mêmes qui lui demandent de faire une enquête. Ici point de nazi, mais de sombres histoires d’empoisonnement par des médicaments douteux. J’ai quand même préféré ce tome, notamment grâce à l’atmosphère de la Nouvelle Orléans, même si je dois reconnaître qu’il n’est pas meilleur que le tome 3 et qu’il est largement moins original que les deux premiers tomes de la série. Reste bien sûr les dessins qui sont toujours aussi impressionnants avec ces tronches d’animaux.

p28_GIBRALTAR.jpg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s