Blue Valentine de Derek Cianfrance

BLUE-VALENTINE-POSTER.jpgVendredi soir. Une envie d’un film romantique, pas trop prise de tête et relaxant pour regarder avec des amis. Après avoir éliminé les films de bastons, nous tombons d’accord (plus ou moins) sur Blue Valentine. Et nous voilà prêts à regarder ce que l’on croit être une comédie romantique.

En fait il s’agit plus d’un drame, et question romantisme on a vu moins glauque. Le film raconte la fin d’un mariage. Dean et Cindy se sont rencontrés à New York: elle faisait des études de médecine et sortait d’une histoire glauque avec un homme et lui travaillait dans une entreprise de déménagement en attendant de trouver la femme de sa vie. On les retrouve quelques années plus tard: elle est infirmière, lui bosse dans le bâtiment et ils ont une petite fille. Le film fait des va-et-vient entre le passé (leur rencontre jusqu’à leur mariage) et le présent (leur dispute jusqu’au divorce).

Le film est très glauque, les scènes de sexe sont moches et vulgaires, les scènes de dispute très violentes et l’ensemble nous a tous laissés très mal à l’aise. Il faut donc éviter de le regarder un soir de déprime et surtout ne pas y chercher une comédie douce-amère. C’est brutal, vulgaire à la limite du supportable (je ne vous raconte pas en détail la scène avortée d’avortement, trop cool!). J’avoue avoir beaucoup de mal à qualifier ce film, tant notre attente était en complet décalage avec son propos. Je trouve toute de même que le film enchaîne les scènes violentes sans explication et sans point de vue. Au final, on regarde ces deux êtres avec une certaine indifférence, voire avec mépris, tant ils semblent subir les événements.

— LN

alg_blue_valentine.jpg

Il est vrai que le film nous a vraiment surpris… mais pour moi en bien. Il y a quelque chose de désespérant dans ce drame qui est, en fin de compte, une tragédie: comment un dénoument que l’on sait terriblement malheureux se noue dès le début d’une histoire d’amour belle, touchante, mais vouée à l’échec et surtout — on le voit depuis les premières scènes — à une véritable et insupportable souffrance pour les deux êtres qui se sont rencontrés.

Le film ne nous épargne rien: la brutalité, la souffrance, la violence que l’on fait à l’autre. Mais dans cette justesse à la limite du supportable (je pense à la scène d’anniversaire de mariage dans le motel), le film touche par sa force et par l’interprétation bouleversante des comédiens: Michelle Williams et Ryan Gosling sont d’une beauté à couper le souffle. Par beauté, j’entends d’une vérité qui confine à la beauté, car Ryan Gosling, dans la deuxième partie de la vie du couple, interprète un beauf d’une telle vulgarité que c’en est impressionnant. Ces deux comédiens sont, de toutes façons, les deux interprètes majeurs du cinéma américain actuel. Et leur performance ici est à elle seule suffisante pour justifier de voir le film. Certains moments m’ont laissé littéralement détruits, parfois au détour d’une scène en apparence anodine (la disparition de leur chienne au début du film) mais autour desquelles se cristalisent — et l’extrême justesse du film tient à cela — tous les problèmes , toutes les souffrances de ce couple, de ces parents à la dérive.

Au final, c’est peut-être le reproche, il est difficile de sortir de ce film avec une idée claire de son point de vue. Ce film nous montre donc comment un couple peut être destructeur pour les deux êtres qui le constituent, mais sans réellement nous dire quelque chose là-dessus, si ce n’est, au passage, de dresser un portrait très noir de cette Amérique délabrée des classes populaires qui souffrent de plus en plus et renvoient cette souffrance sur eux-mêmes.

Dur, donc, mais remarquablement interprété. Une sorte de Darling version US (en moins trash).

— Mathieu

blue-valentine-de-derek-cianfrance-10475886gyome_1798.jpg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s