Exile de Paul Abbott

Tom Ronstadt (John Simm, Life on Mars) vient de se faire virer de sa société de presse, job qui lui rapportait gros mais l’entraînait vers un journalisme de bas étage plus intéressé par les scoops des starlettes du moment que par des sujets de pointe. Il quitte Londres pour se rendre chez son père dans le Nord de l’Angleterre. Dans la maison familiale, il retrouve sa soeur qui depuis des années s’occupe de leur père, Sam (Jim Broadbent, vu dans Another Year et Harry Potter), atteint d’alzheimer. Tom n’a plus vu son père Sam depuis l’âge de dix-huit ans lorsque ce dernier le voyant fureter dans ses dossiers personnels s’est emporté et l’a tabassé. Tom cherche à comprendre pourquoi cet homme si charmant quand il était petit a pu devenir aussi violent pour quelques dossiers de travail. Il découvre alors que son père, journaliste d’investigation, menait une enquête sur un médecin véreux, Donald Metzler, et sur l’asile psychiatrique dans lequel des patients auraient été violentés. Sam, alors qu’il était sur le point de confondre Metlzer, aurait de façon soudaine jeté l’éponge. Depuis Metzler est devenu maire, et Sam n’est plus que l’ombre de lui-même.

Série de trois épisodes produite par la BBC avec en rôle principal, l’acteur de Life on Mars. Même si des zones d’ombre persistent (notamment sur la place « des mères » de Tom), l’intrigue se tient bien et les acteurs sont tous très convaincants. Certes, l’histoire en elle-même est relativement classique, mais la série tient par les relations entre Tom et son père ainsi qu’entre Tom et sa soeur (la parfaite anglaise dans tous les sens du terme).

— LN

https://i0.wp.com/www.beverleykeogh.tv/wp-content/uploads/2011/05/Exile-BBC-Drama.jpg


Exile
est décrit par la BBC comme un « thriller psychologique avec une histoire de rédemption du fils prodigue. » Et il est vrai que ce feuilleton s’inscrit dans ce qui se fait de très bon outre-Manche, dans la veine de la trilogie du Red Riding (le Nord de l’Angleterre est décidemment un endroit pourri visiblement) ou de la mini-série State of Play (version British pas US).

  J’aime beaucoup l’interpénétration entre l’histoire familiale et psychologique et l’intrigue policière ou d’investigation d’autant que les acteurs sont vraiment bons. La relation père-fils entre Sam et Tom est parfois très belle et empreinte d’une ampleur dramatique réellement émouvante.

  Quelques petites failles dans le scénario ne parviennent pas à entacher une histoire bien ficelée, bien écrite, bien réalisée (malgré là aussi quelques lourdeurs, mais vite pardonnées). Du très bon divertissement comme la BBC sait en faire.

  — Mathieu

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s