La guerre est déclarée de Valérie Donzelli

https://i0.wp.com/www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_mobile_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/La%20guerre%20est%20d%C3%A9clar%C3%A9e_0.jpgRoméo et Juliette (non ce n’est pas que blague) se sont rencontrés lors d’une soirée entre amis. Le coup de foudre est immédiat et de leur idylle naît Adam (c’est pas une blague non plus). Les premières semaines avec Adam sont compliquées: le bébé pleure tout le temps et Roméo se demande ce qu’ils font mal. Suite à un rendez-vous avec un pédiatre, les choses s’arrangent. Grâce aux conseils avisés du médecin, Adam dort mieux et les parents prennent un rythme de croisière avec leur enfant. Puis de nouveau Roméo s’inquiète: Adam ne marche pas, vomit de façon spectaculaire et semble toujours encombré. Alors que leur entourage les rassure, Roméo et Juliette retournent voir le pédiatre. Ce pédiatre constate alors qu’Adam a une dissymétrie faciale et que des examens doivent être pratiqués pour voir ce qui est en cause. Suite à ces examens, Roméo et Juliette apprennent qu’Adam a une tumeur au cerveau. Leur vie bascule.

Le film commence avec des images d’Adam plus âgé (il a environ une dizaine d’année), ce qui permet d’évacuer dès le début du film la question de sa survie, et m’est apparue comme un procédé à la fois intelligent et décent. Les premières scènes ensuite insistent sur l’insouciance de ce jeune couple et leurs difficultés dans les premières semaines après l’accouchement. Si la scène de la rencontre m’a semblé un peu sur-jouée, j’ai adhéré sans problème à la suite. Pour moi, l’identification ou l’empathie avec le couple est mise en place et elle va rester jusqu’à la fin. En tant que spectateur, comme on connaît le thème du film, on attend avec angoisse et une impatience relative le moment où les parents vont découvrir la maladie de leur fils. Je dois avouer que jusqu’à l’annonce du verdict, la période où ils se demandent ce qui ne va pas, mais ne vont pas encore consulter car finalement les symptômes ne sont pas si préoccupants, bref cette période du film m’a vraiment angoissée. De me dire que tout se joue là, alors qu’ils hésitent à s’inquiéter, ça m’a vraiment fait peur. L’annonce du résultat des examens, avec les réactions en chaîne dans la famille, est pour moi l’une des plus belles scènes du film. Après j’ai été frappée par la mise en scène, l’utilisation intelligente de la musique et les images de ce petit bonhomme au milieu des machines sans lourdeur mais avec réalisme. La séparation du couple (qui à en lire la presse avait surpris les spectateurs) ne m’a pas étonnée. On voit avec l’annonce post-opératoire de la malignité du cancer et l’entrée dans cette « nouvelle phase » de la maladie (comme ils le disent eux-mêmes), un changement radical chez les parents. Ils ne sont plus insouciants, veulent connaître le négatif (et ne plus se contenter du positif) et que ce changement va les éloigner en tant que couple mais les rapprocher en tant que parents. A croire que le prix à payer pour rester souder autour de leur enfant malade est de tirer un trait sur leur histoire d’amour. Le film joue énormément sur l’émotion, j’ai été emportée par ce récit et je n’ai été capable de réflexion que bien des heures après.

La réflexion justement. Le film est autobiographique, les acteurs du film jouent leur propre rôle (même si leurs prénoms ont été changés) et Adam apparaît à la fin du film, leur « vrai » fils. Du coup, il n’y a pas vraiment de distanciation entre eux et leurs personnages, si ce n’est la mise en scène. Car en revenant sur cet épisode de leur vie, ils le mettent en scène. Aussi, on pourrait éventuellement reprocher à cette mise en scène un point de vue très positif sur les parents. Aucune scène d’engueulade, de découragement. La séparation est évoquée mais elle n’est pas mise en scène (parce qu’elle n’est pas le sujet du film ou parce qu’elle aurait donné un point de vue plus négatif sur ce couple,). Leur réaction, leur gestion de la maladie de leur fils semble parfaite de bout en bout. Réalité ou réécriture positive de cet événement? Une remarque du père revient souvent, ne garder que le positif et évacuer le négatif. Je me demande si ce film par sa mise en scène n’est pas la version positive de leur vie.

— LN

Ce qui m’a frappé quant à moi c’est à la fois l’intensité des émotions des deux parents et en même temps leur apparente capacité — au moins lors de la première phase avant et juste après l’opération — à évacuer en profitant de chaque moment de joie. Cette capacité disparaît ensuite, et l’on comprend que c’est ce qui a tué le couple, chacun d’entre eux devant se protéger pour pouvoir continuer à lutter, à mener cette guerre.

Même remarque que H.: la réalisation fourmille d’idées, certaines très belles, notamment les enchaînements, ce qui fait que la narration est d’une fluidité envoûtante. Jamais le film ne m’a paru long et pourtant nombre de scènes auraient pu être casse-gueule. La musique, parfois légèrement insistante, sert souvent de contrepoint intelligent aux scènes et donc souligne en creux les émotions.

C’est un film qui captive le spectateur. Impossible de dresser une barrière critique tant l’empathie fonctionne. On peut le lui reprocher, après coup, mais en même temps le film est tellement humain que ce serait malvenu. D’autant que l’on n’arrête pas de s’identifier aux personnages: et si c’était moi? Aurais-je ce courage? D’où effectivement, l’impression d’H. selon laquelle ce film est une réécriture, une mise en scène de la vie des deux auteurs, sans doute. Ils répondent ainsi à la question qu’ils posent vers la fin: pourquoi nous? « Parce qu’on était capables de le supporter. »

— Mathieu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s