Les Trois mousquetaires de Paul W. S. Anderson

Paul W. S. Anderson (Speed, les Resident Evil) s’attaque au chef d’œuvre d’Alexandre Dumas en le mettant à la sauce steampunk si à la mode aujourd’hui. Et voilà ce que cela donne :

Notons tout d’abord tout ce qui ne marche pas dans le film : Mila Jojovich en Milady est affreusement poule-quiche, même au ralenti façon Matrix ; D’Artagnan est minet ; Louis XIII est débile ; Richelieu est stupide ; Rochefort tout autant ; Aramis ressemble trop à Orlando Bloom. Les décors sont soit de carton pâte ressemblant plus à une sorte de Germanialand style Dysney qu’au Paris du XVIIe siècle soit affreusement numériques.

Et pourtant, et pourtant : le film finit par emporter tant il ne se prend pas au sérieux ou, peut-être qu’il se prend au sérieux mais que le spectateur, devant tant d’outrances (des mousquetaires ninjas! des dirigeables avec des lance-flammes! une nuée de dirigeables!), peut alors le prendre comme il est : une sorte de grosse friandise quelque peu écœurante mais terriblement appétissante. Les combats à l’épée sont formidables. Vraiment. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas régalé à ce point, si ce n’est le combat final entre D’Artagnan et Rochefort qui finit en faisant pschiiiit.

Pour ma part, cela m’a donné des envies de Mage : The Sorcerer’s Crusade et lorsqu’un film éveille le geek en moi, hé bien cela signifie qu’il a emporté l’adhésion (Bon, maintenant, l’avertissement nécessaire : c’est quand même pas terrible, terrible).

https://lesboggans.files.wordpress.com/2012/02/efd42-lestroismousquetaires2011.jpg?w=251&h=334

— Mathieu

Pour ma part, n’appréciant que très peu les films de capes et d’épées, j’avoue m’être profondément ennuyée. Je note au passage que Mathieu en admirateur de Philibert, ne pouvait qu’être séduit par ce film. La représentation de Paris m’a bien amusée: premières scènes, Paris n’est qu’un champ, seule l’île de la Cité est habitée. Et miracle dans les images suivantes de Paris, la ville s’est développée. Une ville qui se construit au fil du film, ça ne s’était jamais vu.

— LN

Publicités

2 réflexions sur “Les Trois mousquetaires de Paul W. S. Anderson

  1. La trame du roman, les grandes lignes, sont là, et ça démarre plutôt fort, mais je trouve ensuite un problème de rythme… jusqu’aux bateaux volants (plus c’est gros plus c’est con…qu’est-ce que c’était con….c’était génial :)))… Malheureusement, dans ce genre de film durant ces dernières années, les duels à l’épée sont foirés. Et puis le dernier plan, Buckingham et son armada :))))))) (mais bon vu le flop y’aura pas de 2)

    J'aime

  2. La meilleure scène de combat est celle, à l’instar du roman, lorsque D’Artagnan provoque successivement en duel les trois mousquetaires et s’apprête à les affronter avant d’être interrompu par les gardes du cardinal. Le combat de masse qui s’ensuit enchaîne les cascades, les passes d’armes, les acrobaties dans la plus pure tradition des films de capes et d’épées. Quant au duel final, il est vraiment complètement raté, surtout la dernière fente de D’Artagnan. Nulle. (Et j’oubliais dans les travers du film: Constance n’a jamais aussi mal porté son nom tant elle fait sal*pe aguicheuse blondasse.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s