Mamers en Mars, édition 2012 : le Palmarès

Longs-métrages.

Prix du jury professionnel : « Avé », de Konstantin Bujanov (Bulgarie) ;

Prix du public : « Death of a superhero », de Ian FitzGibbon (Allemagne, Irlande) ;

Prix du jury jeune : « Combat girls », David Wnendt (Allemagne).

Courts-métrages.

Prix du jury professionnel : « Les filles du samedi », d’Emilie Cherpitel (France) ;

Prix du public : « Renée », de Jezabel Marques-Nakache (France) ;

Prix du jury jeune : « Les filles du samedi », d’Emilie Cherpitel (France).

Palmarès Boggans

Longs-métrages: Death of a Superhero

Courts-métrages: Renée

Pour une fois, on est synchro avec le public. En même temps, j’avoue n’avoir pas franchement adoré ce long et ce court-métrage, mais dans le lot, c’étaient les plus intéressants.

Le président se félicite sur son profil facebook de la bonne ambiance du festival, ainsi que d’une fréquentation record. J’en doute un peu vu les sièges vides sur certaines séances et le mécontentement manifeste du public devant les retards accumulés, les problèmes techniques (trois films vont en faire les frais) et les problèmes de lumières (ben oui, ils n’arrivent pas à éteindre certaines lumières, qu’ils ont pourtant réussi à allumer).

Mathieu voulait faire un bilan en plus et moins, voici donc le mien:

– Voir des films qu’on ne verrait pas autrement

– L’ambiance festival (un peu gâchée cette année par l’organisation)

– Entendre de l’estonien, du bulgare, de l’allemand, etc..

– Les retards à chaque séance

– Le choix des films, trop consensuels, trop peu original dans le fond et surtout dans la forme

– Le comportement de certains présentateurs, très superficiels et l’organisation générale des projections (tout cela manque de sérieux).

– L’insalubrité du lieu et son manque total de comfort.

– Le prix (surtout quand on voit parfois le peu de qualité de projection). Idem pour les services annexes, type buvette.

 

Sauf changement de direction, ce sera pour moi probablement le dernier festival de Mamers en Mars.

— LN

Je partage le sentiment mitigé de H. Le festival a l’immense mérite d’exister mais il souffre de défauts qui le rendent de moins en moins intéressant après trois éditions: la vétusté de la salle, même si elle a un certain charme, est vraiment gênante. Peut-être que la séance inaugurale pourrait y avoir lieu, histoire de garder le lien historique, ainsi que la fiesta et la soirée de remise des prix. Par contre, les séances seraient vraiment mieux à l’espace Saugonna.

Le plus gênant et décevant est la sélection: les films sont plats voire creux. Ils ont l’immense mérite d’être issus de toute l’Europe, mais cela ne suffit pas. La palme du film affligeant revient au film turc et au film anglais, ainsi que le court espagnol. Je me demande l’intérêt de tout cela. Il faut absolument varier les thèmes (les méchants fachos, l’humour cul/ gentillet quand même, le sentimentalisme sont les trois thèmes hégémoniques) et également (peut-être surtout) les formes de réalisation.

Enfin, les petits désagréments de l’organisation, s’ils donnent un côté foutraque sympatoche, sont assez pénibles lorsqu’on attend dans les conditions de la salle.

Les boggans sont des grincheux.

— Mathieu

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s