Peer Gynt d’Henrik Ibsen

https://i1.wp.com/www.mesillusionscomiques.com/media/02/02/4088485391.jpgMise en scène par Eric Ruf, sociétaire de la Comédie Française, avec les acteurs de la Comédie et présentée dans le Grand Palais.

Arrivés sur place à 18h, soit une heure avant la représentation. Petite question au moment de prendre les billets: quelle est la durée de la représentation? 4h40, entractes compris. Il y a deux entracte d’une durée totale de 40 minutes. Conclusion, on se prépare à 4 heures de représentation. Direction la sandwicherie pour stocker afin de tenir jusqu’à 23h40. L’ambiance dans les dédales du Grand Palais est assez irréelle, la salle est pleine et on se retrouve non loin de Christophe Barbier, directeur de l’Express, avec sa célèbre écharpe rouge.

Peer Gynt raconte l’histoire de Peer, à trois moments de sa vie. Jeune d’abord quand il fait le malheur de sa mère en se comportant comme un voyou et un fieffé menteur. Raillé par l’ensemble du village, aimé par sa mère qui pourtant lui reproche sans cesse ses mensonges, Peer chemine bon gré mal gré. Sa dernière esclandre, partir avec une jeune mariée, lui vaut la haine des villageois qui le cherchent à présent pour le tuer. Peer doit donc partir pour fuir le village, fuir cette fiancée encombrante et enfin faire sa vie. Dans ses pérégrinations, Peer rencontrera le Roi des Trolls et sa fille, apprendra la fameuse maxime « suffis-toi toi-même » et réfusera encore une fois d’avancer de peur de ne pouvoir reculer…

Entracte. Boubouffe. Tout le monde mange dans les couloirs. Après cette première partie (qui reprend les trois premiers actes de la pièce), on est plutôt content. Le rythme est enlevé, la mise en scène foisonnante, le tout a un côté très troupe et le roi des Trolls avec sa cour était tout simplement fabuleux. j’ai beaucoup aimé la scène où la mère de Peer meurt (et j’ai surtout aimé l’actrice qui l’a jouée, Catherine Samie).

https://i2.wp.com/kulturkompasset.com/wp-content/uploads/2012/05/image004-287x400.gif

Peer Gynt (Hervé Pierre) et Ase, sa mère (Catherine Samie)

Retour dans la salle et nous retrouvons Peer quelques années plus tard. Il est plus âgé et surtout il a enfin réussi dans la vie: marchands d’esclaves et d’icônes mystiques à quatre sous, Peer décide d’utiliser son or dans une autre affaire. Il s’engage au côté des Turcs contre les Grecs. Encore une fois cette décision lui vaut l’animosité de tous, mais il s’entête. Il est Peer, envers et contre tous. La guerre n’ayant finalement pas fait sa fortune, il devient prophète dans le désert et se fourfoie une fois encore pour les beaux yeux d’une belle Anitra. Nous quittons Peer ruiné, empereur du soi.

https://i0.wp.com/image3.evene.fr/img/headline/f/peer_0796.jpg

Peer Gynt, prophète et sa cour de fous

Nouvel entract. La fatigue commence à se faire sentir, mais la pièce est toujours aussi enivrante. La scène avec les fous étaient impressionnante.

Fin de partie pour Peer. Le voilà vieux, presque ruiné, embarqué sur un bateau pour revenir chez lui mais devant essuyer une tempête. Peer parviendra finalement à revenir chez lui pour y mourir. Viendra alors pour lui le temps des bilans et le sien est clair: il ira dans la cuillère. N’ayant été ni un pêcheur majestueux, ni un saint vertueux, Peer va être fondu pour être réutilisé. Lui dont la devise était « soi toi-même » (mais qui fut surtout suffisant à lui-même), qui ne voulait point avancer de peur de ne pouvoir revenir en arrière, fait face au fondeur de cuillière et essaie par tous les moyens de prouver sa malignité. Peine perdue… à moins que Solveig ne le sauve.

Fin de la pièce, on est fatigués mais super contents. Ca sent l’oignon dans la salle (il faudra voir ou lire la pièce pour comprendre pourquoi) mais on est toujours aussi impressionnés par la richesse du théâtre: une planche qui dérive et nous sommes sur un bateau, un ballon lumineux et nous voyons la lune. Le théâtre a ceci de fascinant, il peut, avec un rien, créer des univers. L’acteur qui jouait Peer était extraordinaire, les autres acteurs de la troupe également et encore une fois j’ai adoré l’actrice qui jouait Ase, la mère de Peer. Un grand moment et une conviction, il faut qu’on aille plus souvent au théâtre.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s