Grimm (saison 1) de Stephen Carpenter, David Greenwalt et Jim Kouf

Série qui se déroule à Portland, ville peu présente dans les séries américaines. Et c’est à peu près le seul intérêt de cette série. Nick Buckhardt est un policier spécialisé dans les homicides. Il partage sa vie avec Juliette, une vétérinaire (qu’on doit voir une seule fois travailler, le reste du temps elle est à la maison pour faire la cuisine, bizarre pour un véto). Sa tante débarque un jour sans prévenir et l’informe qu’il est un Grimm, une personne capable de voir les créatures étranges qui peuplent notre monde, et qui est également chargée de les combattre. Peu après cette révélation fracassante, la tante de Nick décède en lui laissant (trop sympa) une caravane remplie de manuscrits sur les créatures fantastiques. Nick se retrouve donc seul à combattre ces monstres, mais sa rencontre avec Monroe, sorte de loup-garou sympa lui offre l’opportunité d’une association aussi efficace que répétitive.

Répétitif est bien le mot qui caractérise cette série. Les épisodes sont tous construits plus ou moins sur le même schéma: un meurtre, Nick comprend qu’il est l’oeuvre d’un monstre, va dans la caravane identifier le monstre, puis va chercher l’aide de Monroe et ensemble ils capturent le monstre (même si souvent leur justice est plus expéditive). Les personnages sont monolithiques: Nick est trop prévenant comme flic, Monroe est un gentil sauvage, Juliette est trop sympa comme compagne, bref tout le monde est gentil, y compris certains monstres. La série ne gagne pas en densité au fil des épisodes, l’intrigue reste monotone même quand les scénaristes essaient de mettre quelques références sur la société ancienne des Grimms et sur les éventuelles sociétés secrètes des monstres. Au final, une série très bof, qui se laisse regarder et s’oublie très vite. Quant à la référence aux contes des frères Grimm, elle n’a plus aucun intérêt au bout de quelques épisodes: les monstres devenant un fatras de toutes les créatures fantastiques existantes dans l’imaginaire occidental.

— LN

https://i1.wp.com/media.melty.fr/article-745827-ajust_900/grimm-episode-8-serie.jpg

Et vous pensiez que c’était une série sur les contes de fées? aurais-je plutôt envie de paraphraser. Parce qu’en fait de créatures issues de l’imaginaire occidental, il s’agit d’animaux-humains: les loups, les sangliers, les belettes, les cochons d’inde (ah, tiens, non, pas les cochons d’inde). Bref, le féerique médiéval ou même le féerique des frères Grimm a disparu pour laisser la place à des créatures hyper nombreuses qui sont responsables de tous les meurtres commis à Portland. Comme quoi, ils doivent être a) tous des serial killers chez les « fées », b) vouloir faire chier le détecttive Buckhard en lui pourrissant la vie à coups de meurtres (en même temps c’est un peu facile pour lui, il n’a qu’à lire les grimmoires de taty) ou c) attirés par une force cosmique à Portland (mais pourquoi Portland?).

L’épisode 1 était assez prometteur, relecture du petit chaperon rouge, mais évidemment c’était la seule bonne idée des scénaristes. Et ensuite tout a été mal fait.

Et en plus, le générique est pourri.

Série plus que moyenne. Hollywood et les studios TV ont décidé de pourir les fées ces derniers temps. Alan Ball et autres Jim Kouf (mais c’est quoi ce nom? il existe ou un c’est un pseudo derrière lequel se cache Alan Ball?): laissez les fées tranquilles!

— Mathieu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s