The Amazing Spider-Man de Marc Webb

http://leboxofficepourlesnuls.files.wordpress.com/2012/07/amazing-spider-man-movie-poster1.jpgDéjà, un film sur Spider-Man réalisé par un type qui s’appelle Webb, je me dis que c’est un canular… Ou alors c’est cela, la prédestination. Peut-être est-ce cela qui justifiait un « re-boot » de Spider-Man alors qu’il n’était absolument pas nécessaire: le premier ne date que de 11 ans (rappelons-nous sa sortie et ses premières bande-annonces avec les tours jumelles entre lesquelles Spider-Man tissait sa toile…) et même si le deuxième était moins bon et le troisième vraiment raté, il était toujours possible de continuer la franchise, même avec de nouveaux acteurs.

Mais pour cela peut-être aurait-il fallu écrire des scenarii innovants (quoiqu’avec le comics, il y avait moyen de puiser dans un belle réserve tout de même et il aurait été alors davantage question d’adaptation). Mais Hollywood n’aime pas faire du neuf, et donc on a ici droit, apparemment (car je ne suis pas spécialiste) à un « retour aux sources » plus « fidèle » au comics.

Donc, on prend les mêmes personnages (sauf celui de la petite copine, qui est différent) et on recommence. Une petite bande-annonce pour vous mettre en appetit:

J’allais voir ce nouveau-ancien Spider-Man avec beaucoup d’appréhension et peu d’entousiasme, entraîné par H. qui était motivée par Andrew Garfield (qui avait été excellent dans 1977 et très bon dans Never Let Me Go), le nouvel interprète de l’homme-araignée. Et force est de constater que j’ai été agréablement surpris.

Plusieurs raisons à cela: le film fonctionne très bien grâce à une bonne caractérisation des personnages (bien meilleure que dans la trilogie précédente), un sens du rythme vraiment bien équilibré entre les scènes d’action et les scènes de dialogue et/ ou psychologiques et une bonne mise en scène des scènes d’action dans lesquelles la 3D joue un effet utile et complémentaire (sans être trop voyante) aux effets de profondeurs qui vont très bien avec les déplacements de Spider-Man entre les gratte-ciels newyorkais (à cet égard la scène finale de remontée d’une avenue de grue en grue par Spider-Man est particulièrement réussie visuellement) .

Andrew Garfielfd joue particulièrement bien l’ado qui a l’impression (à juste titre dans ce cas) que le monde est trop duuuur et que tout le monde lui en veut et que tout est de sa faute et qu’il est seul au monde-euh. Il incarne une sorte de mélange réussi de pureté et de stupidité entêtée. Ce mélange rend le personnage à la fois sympathique et en même temps assez ennervant, ce qui est bien plus intéressant que l’interprétation tout premier degré de Tobey McGuire qui en faisait une sorte de bénêt-gentil-héroïque. Je serais moins élogieux voire pas du tout envers Emma Stone qui, je trouve, a été presqu’enlaidie en étant rajeunie et mal fagotée. Son interprétation est également souvent très faible.

Maintenant, il faut replacer ce film dans son contexte: c’est un blockbuster, un divertissement qui fonctionne bien, mais cela n’est que cela. D’autre part, il souffre de plusieurs défauts: des morceaux du scénario ne sont pas crédibles (Emma Stone, en tant que lycéenne en terminale est responsable des stagiaires d’une multinationale de la génétique? sérieusement?), inutiles (les gadgets technologiques holographiques et autres serrures « Surface » sont d’une stupidité sans nom) et le blah-blah scientifique est particulièrement peu crédible. Ce qui marchait dans les années 1960 ne marche plus trop en 2012. Enfin, la vision de New York m’a paru dépassé et n’apporte rien sur la manière dont on peut se représenter cette ville.

Dernière chose: lors d’une scène de combat, une rupture dans le rythme est introduite par un moment où on voit Stan Lee en plan fixe en documentaliste qui écoute je ne sais plus quel morceau de musique classique tandis que Spider-Man et le Mokolé* sont en train de s’étriper au ralenti à l’arrière-plan dans le CDI du lycée. Où ai-je déjà vu une scène quasi-identique? Etait-ce dans un Transformers?

https://lesboggans.files.wordpress.com/2012/07/82323-theamazingspidermanpromo4.jpg?w=575&h=384

Et toi, tu as quelle mention au bac? – AB. – Pas top, moi j’ai eu TB!

* Référence pour les geeks: le « Lézard » (le méchant de ce film) est une très bonne représentation d’un Glabro voire d’un Crinos de Mokolé. Décidemment, il est temps que Hollywood, avec les moyens techniques dont il dispose maintenant, nous gratifie enfin d’un bon vrai film de loups-garou!

Publicités

Une réflexion sur “The Amazing Spider-Man de Marc Webb

  1. Bien aimé aussi… Le film arrive, malgré le peu de temps qui le sépare de la précente trilogie, à avoir sa propre identité (par contre, le 2e film, avec doc Octopus, est sans conteste le meilleur de ma trilogie, si ce n’est un des meilleurs films de super-héros). Pour la scène de la bibliothèque avec Stan lee, il m’est revenu une scène similaire de « True Lies » où un type fait le ménage dans un immeuble pendant que, derrière lui, Schwarzy est dans son avion « harrier » et dezingue à tout va. Le type qui fait le ménage a un casque sur les oreilles et écoute une musique calme, en opposition avec l’action. Mais je pense que ce type de scène est trouvable dans de nombreux autres films. Et elle fonctionne à merveille dans Amazing Spiderman

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s