Retour à Killybegs de Sorj Chalandon

https://lesboggans.files.wordpress.com/2012/10/ead45-retour.jpg?w=167&h=245Dans Mon traitre, Sorj Chalandon évoquait l’amitié trahie d’un luthier français, Antoine, avec un membre de l’IRA et du Sinn Fein. Amitié trahie, puisque le Français découvrait quelques années plus tard, alors qu’il était toujours ami avec ce membre de l’IRA, que ce dernier avait travaillé pour le compte des Britanniques. Sorj Chalandon s’inspirait d’une histoire vraie, la sienne, de son amitié avec Denis Donaldson. Dans ce livre, Antoine était le narrateur, et il racontait sa passion pour l’Irlande et son combat, son admiration pour Tyrone (le traître), et le choc quand il apprit sa trahison. Dans Retour à Killybegs, le lecteur retrouve Antoine mais il n’est plus le narrateur. Cette fois c’est Tyrone qui parle, de sa trahison bien sûr, mais surtout de l’Irlande, de ses combats, et finalement de ce qu’a été la lutte de l’IRA pour l’indépendance et la réunification de l’île.

Littérairement, on ne peut pas dire que le livre est brillant. L’écriture de Chalandon est simple, journalistique quelque fois; elle ne se porte pas à la hauteur d’un écrivain comme Michon (comme pour Les Onzes, le livre de Chalandon a remporté le Grand Prix du roman de l’Académie Française). Tant pis. Et finalement l’important n’est pas là dans ce roman. Contrairement à Michon, qui était proche d’un exercice de style, Chalandon écrit pour témoigner, pour faire comprendre, et faire vivre la complexité de l’Irlande. Car si littérairement, le livre n’est pas brillant, historiquement et politiquement, il l’est.

Dès lors, qu’apprend-t-on? Que l’Irlande dans son combat contre l’Angleterre a été au-delà de ce qui est/était justifiable (De Valéra exprimant ses condoléances au peuple allemand lors de la mort d’Hitler, combattants irlandais engagés dans l’armée de Franco). Que l’Irlande  s’est divisée, bien plus que le long de la ligne de l’Ulster (quand des combattants rejoignait le camp de Franco, d’autres rejoignaient celui des républicains comme le père de Tyrone). Que le conflit nord-irlandais a duré sur des générations, des pères ont connus les prisons anglaises comme leurs grand-pères avant eux  et comme leurs fils après eux. Qu’à un moment, pour Belfast, Dublin était autant l’ennemi que Londres (les membres de l’IRA étant arrêtés par les forces policières irlandaises, à l’époque où la république souhaitait entrer dans l’UE) Que l’IRA s’est créée pour protéger sa communauté, mais qu’elle a dévié et est devenue une sorte de milice nettoyant les rues de ses infréquentables. Que l’héroïsme irlandais a atteint des extrémités difficiles à soutenir en temps de paix (je pense notamment aux cellules couvertes d’excréments). Que les combattants républicains étaient des gamins, mal préparés, mal encadrés face à une armée d’occupation.

Conflit complexe parce que civil, et qui nous renvoie à notre propre image de français et d’européen. Pendant qu’Antoine rêvait de combattre aux côtés des irlandais contre les forces d’occupation britanniques, on taisait en France les agissements de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Les trahisons dans l’IRA peuvent faire écho à celle de la résistance française pendant l’occupation allemande. Comme si l’Irlande n’avait de cesse que de nous renvoyer l’image d’une Europe inachevée. Chalandon connaît intimement l’Irlande et l’aime véritablement, dans toute sa complexité. Il en donne une image sans complaisance, brute finalement. Ça fait mal parfois, mais on reconnaît bien là toute la véracité de ce pays.

https://i2.wp.com/www.grandangle.fr/UserFiles/Girlandevertbleu8/imgFiche.jpg

  Dún Dúchathair, Inishmore, îles d’Aran, République d’Irlande

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s