Les enfants loups, Ame et Yuki de Mamoru Hosoda

Hana est étudiante et suit des études grâce à la bourse d’état qu’on lui a octroyé. Dans l’amphi où elle suit ses cours, elle remarque un jeune homme un peu solitaire. Un jour  après la classe, elle va parler avec lui. Ils deviennent amis, puis rapidement amants. Mais avant de nouer une relation avec elle, l’étudiant lui révèle sa vrai nature, il est un homme loup. Ensemble, ils vont avoir deux enfants, Ame et Yuki. Deux enfants qu’Hana va devoir élever seule, puisque leur père est mort alors qu’il était parti en chasse…

Très beau film d’animation. On suit avec plaisir l’évolution de ses deux enfants, entre la jeune fille intrépide et le garçon beaucoup plus sensible. Arrive forcément le moment où ils devront faire le choix d’être humain ou loup, choix qui dans les deux cas n’ira pas sans quelques problèmes. Contrairement aux films Disney, il n’y a pas de dichotomie bien / mal, mais une ambivalence sur ce qu’est l’éducation, et la place des parents face aux choix de leurs bambins. Le dessin est beau, même si ce n’est pas aussi beau que dans les films de Ghibli. Et la représentation de l’homme loup est un peu ratée, elle aurait méritée un traitement moins humain et plus animale. Mais c’est un détail. 

— LN

https://i1.wp.com/idata.over-blog.com/2/35/06/44/Suite-7/Les-Enfants-Loups-Ame-Yuki-.jpg

L’intelligence de la description des deux enfants, le mélange de cocasserie et de tristesse du film mais aussi — et c’est ce qui me rend admiratif dans les anime japonais — la possibilité de raconter une histoire dans qu’il ait besoin d’un méchant (ou villain en anglais) et donc d’échapper à tout manichéisme facile sont autant d’ingrédients qui font que Les Enfants loups est un film très réussi. La faiblesse réside peut-être dans le traitement de l’ambivalence de la nature, mi homme mi-loup donc, des enfants. Celle-ci est très bien explorée dans leur caractère respectif qui s’opposent mais, notamment à travers le personnage du garçon, Ame, il y aurait pu avoir un aspect plus mystique ou mythique qui est pourtant là, en filigrane.

Scène fabuleuse et thème fascinant: lorsqu’Ame rend visite au vieux loup en captivité, qu’il se transforme en loup devant lui, mais avec lequel, finalement, rien ne se passe car, paradoxalement en apparence, ce loup, né en captivité, ayant grandi et veilli en captivité, est plus humain que lui et n’a rien à lui apprendre. Et c’est donc un autre « maître » qu’Ame va rechercher dans la montagne. C’est le passage le plus fascinant du film. J’aurais voulu qu’il soit plus développé, ce qui aurait élevé le film au niveau des meilleurs Miyazaki (et oui, on finit toujours par juger les anime japonais à l’aune des oeuvres du grand sensei).

Néanmoins, malgré ma réserve et ma petite frustration, un très beau film.

— Mathieu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s