Moriarty et Christine Salem à l’Abbaye de Fontevraud

Non, point d’erreur dans le titre. Vous ne connaissiez pas cette nouvelle salle de concert? Nous non plus, à vrai dire. On avait l’habitude de déambuler dans le cloître de Fontevraud, d’y prendre un repas, d’assister à des conférences, voire d’y passer la nuit. Nouvelle expérience hier en découvrant qu’à Fontevraud, on peut aussi assister à des concerts de groupe folk and blues. On a souvent l’habitude d’assister à des concerts classiques dans des abbayes, mais des groupes contemporains, pour nous c’était une première.

Hier donc, rendez-vous dans le haut-dortoir pour un concert extraordinaire de Moriarty. Le challenge n’était pas si simple, avec un public disparate (de la petite fille de 4 ans aux couples âgés, du groupe de fans à ceux qui ne les connaissaient pas), dans une salle prévue pour des conférences mais pas vraiment pour des concerts. Mais le talent scénique de Moriarty a vite fait de rapprocher tout le monde et surtout de faire bouger tout le monde. Deuxième chanson et l’un des musiciens demande aux personnes qui sont au fond de la scène de venir s’asseoir devant la scène. Première seconde, le public incrédule ne bouge pas, puis après un « mais si vous voulez pas, c’est pas grave », la ruée vers le devant de la scène a été aussi rapide que bordélique. Le ton est donné.

La chanteuse est extraordinaire. Non seulement par sa voix unique au monde, allant du grave à l’aigu mais surtout par sa présence sur scène, jouant littéralement avec le public, à la fois charmante, entraînante et presque burlesque. Le plaisir qu’ils ont à jouer ensemble est communicatif. Parmi les moments forts de ce concert, je retiendrai: la danse funky d’un des guitaristes (il bouge bien le bougre!), l’erreur d’un autre en reprendant un couplet (il jouait de la guimbarde , en reprenant il est allé beaucoup trop vite, ce qui fait que les autres n’ont pas pu suivre. Il s’est donc arrêté en disant « ils peuvent pas suivre. Avec un autre groupe, je peux, mais avec eux non! »). Le reprise (au premier rappel) d’une chanson traditionnellle irlandaise par Moriarty et Christine Salem, lui donnant des sonorités africaines, hallucinant.
 
Deux rappels (avec pas moins de cinq chansons) et un public rassemblé près de la scène, sifflant et applaudissant à tout rompre, les murs de Fontevraud ont du vibrer. Après le concert, direction la boutique pour acheter leur dernier album et le faire dédicacer. Puis on est allé manger, il était plus de 20h quand le concert s’est terminé (ils avaient commencé un peu après 18h). Petit repas très sympa dans le café Aliénor avant un retour à la maison. C’était aussi pour nous la première fois qu’on allait à Fontevraud en hiver. Bon, il fait froid, mais c’est toujours aussi sympa.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s