David et Madame Hansen d’Alexandre Astier

https://i2.wp.com/www.mainstreamclub.org/wp-content/uploads/2012/09/EN-QUELQUES-MOTS-David-et-Madame-Hansen-2.jpgDavid est ergothérapeute. Alors qu’il vient à peine de prendre ses fonctions dans une clinique suisse, on lui confie la sortie d’une patiente: Mme Hansen. Cette dernière a « buggé » selon les dires d’un médecin: elle ne sait plus vraiment qui elle est et où elle est. David l’emmène donc en ville pour qu’elle s’achète des chaussures, activité préconisée par la clinique pour tenter de réacclimater Mme Hansen. D’abord scrupuleux des règlements sur la sortie des patients, David finit par s’écarter du règlement d’abord parce qu’il se rend compte que cela convient mieux à sa patiente, ensuite parce qu’il est lui-même au milieu d’une situation familiale peu aisée qu’il doit gérer en même temps.

On était curieux de voir le premier film d’Alexandre Astier (en attendant la trilogie Kaamelott), notamment pour voir comment il met en scène un film. Après, on a beau aimer Astier et Kaamelott, force est de constater que ce film est raté. Raté probablement par son écriture qui pêche énormément. Astier s’impose une contrainte de temps: le film se déroule en effet sur deux jours en gros. Pour ce genre de film lié à la guérison attendue d’un patient, deux jours c’est peu. Et comme il s’impose une contrainte de temps, il a aussi une contrainte de lieu, ce qui rend le film un peu étriqué. Pour justifier que son personnage, ainsi que sa fiancée et son frère, soient partie prenante dans l’histoire, il ajoute une intrigue secondaire sur un anniversaire difficile à célébrer dans sa belle-famille. Intrigue secondaire qui tourne vite à vide, tant elle ne sert que de prétexte à la réunion des personnages. D’autres éléments vont se rajouter à l’histoire, sans véritablement s’intégrer à elle: le révolver dans la caisse à jouets du gamin, les talents du frère (qui servent une scène mais ne sont pas traités par la suite), et la présence même de la fiancée et de son frère qui ne servent pas à grand chose au final. L’histoire de Mme Hansen ne prend pas, celle de David et de sa famille non plus. On a l’impression de voir un brouillon d’écriture, des idées de film, de scènes jetées sur le papier mais pas encore bien organisées. Dommage.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s