Gangster Squad de Ruben Fleischer

Dans les années 50, Mickey Cohen ambitionne de contrôler la ville de Los Angeles et d’étendre son empire sur la côte Est, en mettant la main sur tous les trafics et en muselant les autorités. Mais le lieutenant Bill Parker n’entend pas le laisser faire. Il prend contact avec le sergent O’Mara pour constituer une équipe un peu spéciale de policiers qui auront comme mot d’ordre de faire tout pour contraindre Cohen à quitter Los Angeles. Peu importe les méthodes utilisées, les policiers agiront masqués pour le bien de tous. O’Mara réunit son équipe et commence son travail de démolition.

Une caricature de film de gangsters comme jamais je n’en ai vu récemment. Les dialogues sont pitoyables, les personnages inintéressants (des machos qui font les durs avec des voix hyper graves à faire pleurer de rire tout un auditoire) et les situations sont extrêmement banales. Le couple Stone/Gosling semble tout droit sorti d’une pub pour Malboro. A force d’être dans l’outrance, dans la caricature, le film finit même par être pathétiquement drôle. Bref, un énième film de gangster sans âme, sans intelligence et surtout avec une moralité milicienne. Terminer son film par une éloge de la police de Los Angeles est pour le moins curieux. Après Ellroy et l’affaire King, comment un écrivain et un réalisateur peuvent-ils encore nous sortir le couplet patriotique sur l’une des polices les plus contestées des USA (avec New York) ? Navrant pour Gosling et Penn.

— LN

Pas mieux. C’est tout pourri.

— Mathieu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s