Masqué, tome 4 de Serge Lehman et Stéphane Créty

Dernier tome de cette nouvelle série, écrite et pensée par Serge Lehman. Le préfet de Paris a enfin révélé toute la noirceur de ses desseins. En cette veille de Noël, la capitale de France sombre dans le chaos. Les mots du préfet, relayés par les médias, attisent la colère des habitants, les entrainant dans une spirale de violence. Seuls l’homme masqué et sa nouvelle amie, la Gargouille, sauront mettre un terme aux agissements du préfet, afin de redonner à la ville son calme d’autrefois.

On peut donc à présent faire le bilan de cette première série de Masqué. On retrouve beaucoup des thèmes présents dans la Brigade Chimérique, mais je trouve que cette fois la sauce ne prend pas. Le dessin peut-être, la narration surtout, à la fois trop étriquée (l’histoire se passe finalement sur quelques jours, avec relativement peu de personnages, ces derniers étant très sommairement développés) et dans le même temps très ambitieuse dans son propos. Ce qui donne parfois l’impression que le symbolisme de cette bande dessinée (autour de la ville de Paris, son aura et son empreinte dans l’histoire) est plaqué de façon rudimentaire sur une histoire de super-héros assez banale. Là où dans la Brigade Chimérique, la dimension symbolique (autour des deux guerres) avait fait corps avec les personnages présentés, leur histoire et les évènements en cours, ici on sent comme un décalage entre l’ambition de faire une bande dessinée sur Paris, la ville-symbole, et ce qui est finalement raconté .

Masqué, tome 4 de Serge Lehman & Stéphane Créty

La présence du drapeau français sur la couverture et sur l’une des planches de ce quatrième tome m’a surprise. Le procédé est courant aux USA où l’on voit les super-héros se parer du drapeau national pour aller combattre leur ennemis. En France, on peut dire que l’image est surprenante, on n’est pas vraiment habitué à ce genre d’effet. Ce qui m’a fait dire que j’avais vraiment aimé la Brigade Chimérique par son caractère désespéré. Ici le propos semble plus héroïque et je me demande si cela convient à l’Europe (et à la France en particulier). L’héroïsme est une idéologie très américaine et même si, en France, les films de super-héros américains connaissent un succès phénoménal, avoir pour ambition de créer un héroïsme français autour de super-héros méconnus me parait difficile. Possible s’il s’agit de montrer leur déclin. Ardu s’il s’agit de montrer leur gloire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s