The Last Post de Ford Madox Ford

Quatrième et dernier roman de la tétralogie Parade’s End. Le roman se découpe en deux parties (comme souvent chez Ford). La première partie est presque exclusivement consacrée à Marc Tietjens, allongé dans son lit à Groby et ne pouvant plus parler. On comprend en suivant le fil de ses pensées, que Christopher et Valentine vivent ensemble, que Christopher a renoncé à son titre, à la propriété de Groby et à l’argent de Mark. Ce dernier étant mourant, il est désormais envisageable que Michael, l’enfant de Christopher et Sylvia, hérite de Groby. La propriété et le titre passeraient donc dans les mains de Michael, un « papiste ».

Marie Léonie, la femme de Mark, dirige Groby du mieux qu’elle peut, en surveillant Mark car elle sait qu’il ne va pas survivre encore longtemps, en subissant les attaques de Sylvia, qui cherche toujours à nuire, en supportant la présence d’une Américaine dans la propriété (visiblement invitée par Sylvia).

La deuxième partie du roman donne la parole à Sylvia, qui ne sait que faire à présent. Nuire au bonheur de Christopher et de Valentine, bien évidemment, mais elle doit aussi penser à son avenir. Divorcer pour se remarier avec le Général Campion serait une bonne manoeuvre, mais en tant que catholique, elle craint pour son salut. La mort du père Consett pèse sur sa conscience, tel un fantôme. Quant à Valentine, elle craint pour l’avenir de son enfant. L’idylle a été de courte durée, ou parfois elle en vient à penser qu’elle n’a jamais vraiment existée.

The Last Post de Ford Madox Ford

J’ai eu beaucoup de difficulté à lire ce dernier roman de la tétralogie. Il n’y a pratiquement aucun dialogue entre les personnages, mais on suit uniquement leurs pensées. On parvient tout de même à reconstituer les fils de la narration. La soirée de armistice (où Christopher et Valentine se sont enfin retrouvés) a été un désastre: l’un des invités est devenu violent, un autre mourant a du être transporté à l’hôpital (il est mort dans le fiacre avant d’arriver). Christopher s’est ensuite querellé violemment avec son frère Mark (discussion violente qui sera suivie de peu par le malaise de Mark). Il a également retrouvé Sylvia qui lui a alors annoncé qu’elle était malade, ce qui a fini par pourrir définitivement cette soirée.

Des réflexions de Mark, on apprend que leur père s’est bien suicidé, probablement parce qu’il avait compris que Valentine était sa fille, ce qui jetait sur son union avec Christopher la marque de l’inceste. Les deux couples vivent dans un cottage, alors que la propriété de Groby est occupée par une Américaine, invité par Sylvia. Des réflexions de Valentine, on comprend que son union avec Christopher est chaotique. Christopher, le grand absent de ce roman, qui tente de se reconvertir en marchand d’antiquités, sans grand succès apparemment. Son associé américain ne paie pas ce qu’il doit à Christopher. Ce dernier est d’ailleurs parti vers Groby pour sauver l’arbre, alors qu’on apprendra de la bouche de Sylvia que ce dernier est déjà coupé.

L’Angleterre parait à bout de souffle, Mark pense même qu’elle n’a fait que se déshonorer en signant une armistice avec l’Allemagne. Les Américains commencent à envahir l’espace, un espace laissé vacant par une élite anglaise malade, dépressive et persuadée d’être coupable. Et les dernières pensées et les derniers mots de Mark avant de mourir ne font pas illusion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s