The Cabin in the Woods de Drew Goddard

Cinq amis décident de partir passer en week-end dans la cabane acheté par le cousin de l’un d’entre eux, cabane perdue au fond des bois. Parmi ce groupe d’amis, on trouve la blonde sexy écervelée, le sportif un peu con, le Nerd fumeur de joints, l’intello et la vierge effarouchée (en fait pas si vierge que ça, mais juste un peu moins salope que la moyenne). Tout ce petit monde embarque dans le camping-car, en route vers ce qui promet être un week-end d’enfer…

… car une organisation bien rodée organise ce week-end « spécial jeunes en quête de sensation ». Si tout se passe comme prévu, ils vont mourir d’une manière ou d’une autre. Il importe juste que la prétendue vierge soit la dernière victime sacrificielle.

Une « bonne » idée de départ, gâchée par une réalisation un peu défaillante. Je trouve que le début du film aurait dû jouer la carte du réalisme en se conformant au classique du genre, avant de nous faire découvrir l’envers du décor. Le fait de savoir dès le départ que l’expédition est organisée enlève un suspens qui aurait bien fonctionné autrement. Ensuite, le réalisateur ne prend pas assez de temps pour poser ses personnages, son intrigue. J’ai trouvé que tout allait trop vite, on n’avait pas vraiment le temps d’avoir peur ou d’appréhender la suite. Dommage, car le propre des bons films d’horreur est de faire attendre le spectateur, de ménager des scènes « in and out », histoire de sans arrêt renouveler l’appréhension. Pour faire une mauvaise blague, je dirai « un film caractéristique des éjaculateurs précoces ».

— LN

Je suis plus enthousiaste que H. Il faut dire que 1) je n’aime pas les films d’horreur (et leurs multiples déclinaisons : angoisse, slasher, gore, etc.). Et du coup, je trouve que c’est jubilatoire de voir que Whedon (qui est aux commandes en tant que producteur) reprend un genre totalement éculé et s’amuse à le détourner jusqu’à même proposer une réflexion sur ce genre, à la fois à l’intérieur du film lui-même et, bien entendu, à l’extérieur en multipliant les clins d’oeil, en s’amusant avec les topoi du genre et en faisant des références (Pinhead ou le « ça » de King entre autres).

Du coup, j’aime bien le film. Après, je partage l’avis de H. sur le fait qu’il est trop rapide, que les personnages n’ont pas le temps d’être véritablement exposés qu’ils sont déjà trucidés et enfin que le complot technologique est trop vite indiqué (dès le début du film en fait) mais c’était également le cas dans la bande-annonce. Je pense que cela vient du fait que Whedon devait respecter un format (en temps limité). Du coup, face aux contraintes du genre et face à des producteurs que j’imagine pénibles, je trouve qu’il nous livre là un film malin, très agréable même si effectivement la réalisation est un peu poussive parfois.

— Mathieu

PS: De quel glitch qui a eu lieu en 1998 les technocrates parlent-ils ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s