Iron Man 3 de Shane Black

Tony Stark déprime. On a beau être le plus beau, le plus riche, le plus drôle des  superhéros de la planète, des fois on a aussi son petit coup de déprime. Ainsi, depuis New York (cf. Les Avengers), Tony n’arrive pas à dormir et est en proie à des crises d’anxiété aiguës. Que tout le monde se rassure, cela ne l’empêche pas de continuer ses recherches et de poursuivre les méchants. Méchants qui vont réapparaitre dans sa vie sous la bannière du Mandarin, un ersatz de Ben Laden qui a décidé de s’en prendre aux Etats-Unis (encore eux me direz-vous), avec des bombes on-ne-peut-plus humaines. Tony décide donc de prendre les choses en main et de s’attaquer de front à ce Mandarin, transformant l’épopée terroriste de ce dernier en une querelle de mâles dominants. Le premier round est remporté par le Mandarin, qui coule la maison de Tony Stark et envoie ce dernier dans le fin fond de l’Amérique profonde. Vengeance.

J’avais beaucoup aimé le premier Iron Man, notamment grâce à la prestation de Robert Downey Jr qui donnait au personnage un ton hors du commun. Le 2 m’avait beaucoup déçue, je trouvais que le film tournait à vide et son personnage également.

Le 3 se situe entre les deux, pas aussi bien que le 1er mais nettement mieux que le 2. On retrouve tous les ingrédients du film de super héros, l’humour en plus et c’est ce qui sauve complétement le film. Les machines qui se détraquent, Tony Stark qui pavane pour se planter quelques minutes après, tout cela donne au film une dérision qui le sauve à mes yeux. On est loin des tentatives « réflexives » d’un Man of Steel (qui ne peut hélas que produit un boulgi-boulga intellectuel très indigeste et très barbant) ou du sérieux d’un Star Trek. Iron Man ne se prend pas au sérieux, l’acteur non plus et le réalisateur pas trop également.

J’ai beaucoup ri à la prestation de Ben Kingsley (je trouve même que cette idée est plutôt intéressante dans le contexte des Etats-Unis en lutte contre le terrorisme). Par contre l’histoire avec le gamin fait trop « dédicace à la moyenne d’âge de nos fans », ainsi que la rencontre avec le mec dans la camionnette. Quant à la scène finale, après générique, elle est plutôt bien vue et rappelle une fois encore qu’il ne faut pas trop prendre ces films au sérieux (sauf dans le cas d’un Zack Snyder qui lui se prend lui un peu trop au sérieux, ce qui a le propre de rendre ses films imbuvables).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s