Jappeloup de Christian Duguay

Pierre Durand croise une première fois le chemin de Jappeloup alors qu’il songe à quitter la compétition équestre pour se lancer dans une carrière d’avocat. Le jugeant trop petit et mal dressé, Pierre Durand n’a que peu d’égard pour le cheval. Deux ans plus tard, il revient sur sa décision et reprend les compétitions de saut d’obstacle cette fois avec Jappeloup. Les premières compétitions sont difficiles: Jappeloup peut réaliser des exploits mais aussi plonger son cavalier dans l’embarras. Sélectionné dans l’équipe de France, Pierre Durand doit sans cesse faire la preuve de ses talents de cavalier, avec un cheval généreux mais difficile à monter.

Le scénario du film est on-ne-peut-plus romancé, avec quelques libertés prises avec la réalité : la mort du père par exemple qui n’est pas survenue avant les JO mais bien après, l’épreuve des JO en elle-même, où Pierre Durand est champion olympique, qui ne s’est pas réellement déroulée comme dans le film.

Je trouve que la première partie du film est ratée: le scénario est trop convenu, trop larmoyant, et très cliché. La suite est plus supportable, simplement parce que comme le personnage principal du film enchaîne les compétitions, on le suit et on profite pour voir en partie des épreuves de CSO. Du coup, comme c’est toujours intéressant de regarder une épreuve de CSO, le film gagne en intérêt, mais un peu de manière détournée.

Seul point positif de Jappeloup : montrer les hauts et les bas d’une carrière de cavalier. Pour le reste, un film assez oubliable

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s