Michael Kohlhaas d’Arnaud des Pallières

Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières

Au XVIème siècle, dans les Cévennes, un marchand de chevaux, Michael Kohlhaas vit confortablement de son commerce. Un jour, alors qu’il se rend à la foire pour vendre ses bêtes, il est arrêté par un jeune noble qui lui demande un droit de passage. Kohlhaas n’ayant pas l’argent pour le payer, il laisse deux de ses chevaux en gage ainsi que l’un de ses serviteurs pour que ce dernier veille sur eux et passe le barrage. Quand il revient quelques jours (?) plus tard, son serviteur a été attaqué par les chiens du noble et les cheveux sont cruellement blessés.

Michael Kohlhaas demande au noble réparation. En vain. Il paie ensuite un avocat pour que la justice lui donne réparation. En vain. Sa femme décide d’intervenir auprès de la jeune princesse (Margueritte de Valois) pour défendre les intérêts de son mari. Elle y laisse la vie. Michael Kohlhaas décide alors de recourir à la force pour obtenir ce qui lui revient de droit.

Le film est impressionnant par la qualité de sa mise en scène (ce qui est rare aujourd’hui) et de sa narration. Beaucoup d’éléments d’explication sont laissés à la seule compréhension du spectateur, ce qui donne au film un caractère sobre et donc réaliste. C’est un vrai régal à regarder. Certaines scènes m’ont particulièrement marquée, comme celle de la mort de la mère : le pont sonore qui est fait entre les images où l’on voit le père pleurer sur le corps encore en vie de sa femme, et celles où l’on voit des arbres et où l’on entend le bruit de la respiration de leur fille qui revient en courant à la maison parce qu’elle pressent la catastrophe est tout simplement extraordinaire, preuve d’un réel talent de metteur en scène.

Les acteurs sont parfaits, notamment Mads Mikkelsen qui interprête Kohlhass et Mélusine Mayance qui joue sa fille. Cette jeune actrice est bluffante dans son rôle : elle rend bien compte de l’ambiguïté d’être un enfant à cette époque (comme quoi, après Elle s’appelait Sarah…). J’ai eu aussi beaucoup de plaisir à retrouver certains acteurs dans des rôles secondaires, comme Jacques Nolot (dans le rôle de l’avocat) et Bruno Ganz. Roxane Duran qui joue la jeune princesse m’a moins convaincue, notamment parce qu’à un moment l’une de ses répliques sonne faux (ce qui montre à quel point l’interprétation de ses rôles devait être particulièrement difficile). Mais je pinaille.

La gestion de la violence, et pas uniquement dans les scènes de combat, est très intelligente. Pour une fois le spectateur n’est pas confronté à une violence magnifiée, esthétisée, presque fantasmée, mais une violence réelle, incarnée.

Reste un problème majeur : j’ai ressenti en sortant de la salle un manque évident. J’aurai aimé en savoir beaucoup plus sur ce marchand, protestant, de la fin du Moyen Age. Je me demande si le choix d’une mise en scène naturaliste, très épurée, n’a pas finalement nuit au développement dune histoire qui aurait pu être plus dense sur l’époque, ses mœurs et ses changements : qui est ce théologien que Kolhaas croise et dont il a lu la Bible ? Jan Huss ? Luther ? Calvin ? Que ferait-il dans les Cévennes ? Ce sorte d’incursion de l’histoire factuelle qui ne dit pas son nom rompt le « charme » qui agissait jusqu’alors et donne envie d’en savoir plus, que le film s’engage davantage dans cette voie. Aussi l’épure muette n’était-elle peut-être pas le meilleur choix de mise en scène pour cette histoire. Mais après je dois avouer que certaines scènes sont magnifiques, et que le fait qu’il garde sa ligne épurée tout en long du film est remarquable.

Ce film est assurément l’acte de reco-naissance d’un cinéaste talentueux. On a bien envie de voir ses autres films.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s