Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume GallienneDernier enfant d’une famille de trois, Guillaume est un garçon à part, que tout le monde dans sa famille prend pour une fille manquée, à commencer par sa mère.

Guillaume embrasse cette nouvelle identité et se prend à imiter sa mère, puis les femmes de sa famille et les femmes en général.

Persuadé qu’il est bien une fille manquée, il cherche l’âme sœur parmi les garçons qu’il fréquente à l’école. Pourtant, il se ne sent pas homosexuel, puisque, encore une fois, il se persuade qu’il est une fille.

Parce qu’il s’agit d’un film adapté de son spectacle, Guillaume Gallienne tente de remettre de la linéarité dans son histoire, avec plus ou moins de succès. L’enchaînement des scènes est parfois un peu déroutant. Du coup, j’ai eu tendance à regarder le film non dans son ensemble, mais par petits bouts, appréciant certaines scènes (celle lors de son incorporation dans l’armée) et en étant mécontente d’autres (comme celle du spa en Allemagne qui je trouve trop caricatural ou celle de la boite de nuit avec Karim qui est limite).

Une scène vaut le détour, celle où il plonge dans la piscine. Visuellement, elle est très belle, symboliquement aussi. Et surtout la musique lui donne un charme tout particulier.

Si j’ai trouvé le film plaisant, il me laisse quelques impressions désagréables:

1. S’il s’agit d’un film autobiographique, la famille de Gallienne est juste hyper pétée de tunes. Entre les baraques des parents, des oncles, les voyages au Maroc, les séjours au Spa et les internats à l’étranger, le petit Gallienne a été inondé de fric. Un monde qui m’a complètement laissée au dehors.

2. J’espère pour lui qu’il ne croit pas un mot de son histoire. Sinon c’est un peu pathétique.

3. Comment se fait-il que ce film fasse le buzz aux césars et recueillent autant de récompenses ? Certes, il est pas mal, au-dessus de beaucoup de films produits en 2013. Mais que dire, si on le compare à Michael Kohlhass sorti à l’été 2013 ou La Religieuse, sorti en mars de la même année ?

Bon aller, un petit coup de Supertramp et on en reste là !

Le bateau sur l’eau ou comment rater un clip !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s