House of Cards (saison 2) de Beau Willimon

House of Cards_Saison 2 de Beau Willimon

La saison 2 reprend là où s’était terminée la première, après la nomination de Frank Underwood au poste de vice-président. Une nouvelle vie commence pour le couple Underwood : l’aménagement de leur résidence privée qu’ils ne souhaitent pas quitter, la prestation de serment et les premières heures dans la peau de Monsieur et Madame le vice-président. Reste que Frank et Claire ont laissé quelques casseroles derrière eux. La mort du congressman Russo a attiré sur Frank les soupçons de Zoé et de ses collègues, tandis que Claire s’apprête à aller en justice contre son ancienne collaboratrice, qu’elle a eu l’imprudence de virer alors que cette dernière était enceinte.

Le mandat du couple Underwood commence donc sous les meilleurs auspices. De nombreuses affaires vont devoir être rapidement planquées sous un tapis, si Frank veut mener sereinement et pleinement son nouveau rôle auprès du président.

Sauf que les deux intrigues, qui clôturaient la saison 1 et qui donc logiquement ouvraient la saison 2, sont évacuées de manière plutôt cavalière. Zoé disparaît, son compagnon essaie tant bien que mal de poursuivre l’enquête mais il se retrouve rapidement seul (après avoir été piégé par un hacker dans une série de péripéties assez ennuyeuses, relativement improbables et finalement inutiles). Quant à Claire, il lui suffit de menacer son ancienne collaboratrice de lui sucrer son assurance médicale pour que l’affaire disparaisse aussitôt du radar.

Dès lors, si plus rien ne s’oppose à la réussite du couple, d’autres intrigues vont faire leur apparition, d’autres intrigues qui vont progressivement envahir la série au point de la rendre indigeste. Frank va s’opposer à Raymond Tusk, un proche du président. En voulant l’écarter de la présidence, il va s’embarquer dans une spirale sans fin de dénonciations, de complots et de coups-bas sur fond de conflits économique et énergétique avec la Chine. Claire en subira les conséquences en voyant son histoire adultérine avec Adam révélée au grand jour, pour le plus grand bonheur des journalistes de tabloïdes.

Les collusions entre le monde politique et les journalistes ne sont plus au cœur de cette saison (dommage c’était ce qu’on préférait), mais au contraire elle se concentre principalement sur les relations entre les proches du président, et sur les conflits qui naissent entre ses personnes pour le gain de l’oreille attentive du chef de l’Etat. On ne voit pas bien en quoi Raymond Tusk est gênant pour Frank, à moins qu’il suffise de ne pas être d’accord avec lui pour devenir illico un adversaire à éliminer. Mais qu’à cela ne tienne, la conspiration Tusk s’amplifie d’épisode en épisode devant nos yeux incrédules et quelque peu fatigués.

Dire que cette saison est faible, c’est être en-deçà de la réalité : cette saison est confuse, boursouflée par des séries d’intrigues secondaires aussi mal pensées qu’inutiles, et finalement ce qui faisait le sel de la saison 1 (le réalisme des relations entre journalistes et hommes politiques) disparaît pour laisser la place à une vaste mascarade politique à laquelle personne n’accorde le moindre crédit. Un gâchis énorme, que ne sauvent pas le soin de la réalisation et le talent des acteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s