Game of Thrones (saison 4) de David Benioff et D.B. Weiss

Dans les terres du Roi, tout le monde se prépare au mariage de Joffrey avec la belle Margaery. Le gamin est de plus en plus infecte, mais il est le roi donc tout le monde doit le supporter, y compris sa mère, ses oncles et son grand-père, Tywin Lannister, qui est aussi le « hand of the king ». Sansa Stark continue sa longue descente aux enfers, en apprenant la mort de sa mère et de son frère. Elle doit en plus supporter les moqueries de Joffrey et la jalousie de Shae, la maîtresse de Tyrion. Le mariage va être l’occasion d’une grande fête, et de quelques règlements de compte, comme souvent dans GOT. La présence du ténébreux (et néanmoins plutôt beau de sa personne), Oberyn Martell, prince de Dorne venu se venger contre les Lannister de la mort de sa soeur, promet de belles querelles au repas des mariés. Après « Winter Is Coming », « War Is Coming », voici « All Men Must Die », ça promet!

Surprise ! Aucun article sur le blog des boggans à propos de la saison 3 de Game of Thrones, comme cela est étonnant… Il n’y avait pas vraiment grand chose à dire sur cette saison, faite de sexe, de combat, de longs, longs dialogues entre les personnages. On se demandait si faute d’avoir les dernières publications de G. R. R. Martin (tout auteur de fantasy se doit de suivre l’ancêtre Tolkien et avoir trois initiales de prénoms, dont deux « r »), les scénaristes n’accumulaient pas les détours et les digressions pour ne pas aller trop vite. Alors, certes, il y avait la scène du banquet où périssait un bon nombre de la famille Stark, mais à part ça, rien de nouveau sous le soleil (ou plutôt sous la pluie froide de Winterfell).

Surprise ! Il parait que la saison 4 est de loin la meilleure saison de GOT. Pas difficile en même temps, la première mettait en place l’intrigue en présentant les familles, les personnages et les intrigues et nous captivait par la mort de Stark. Les deux suivantes nous avaient au contraire laissés perplexe devant tant de blabla pseudo-philosophiques, agrémenté de filles nues (on est chez HBO quand même).

Alors qu’en est-il réellement? Et bien, je dois admettre que cette saison m’a plutôt captivée. Vite regardée, elle m’a laissée quelques bons souvenirs comme la mort de Joffrey, celle d’Ygritte (devenue au fil des épisodes une espèce de cinglée à l’arche) et celle de Lysa Arryn (une femme qui allaite un gamin de dix ans mérite le plongeon). Quelques décès m’ont plutôt laissée indifférente, comme celui de Tywin Lannister et celui de Shae, la maîtresse de Tyrion. Je regrette par contre la disparition d’Oberyn Martell, qui venait juste de faire son apparition dans la série.

Beaucoup de morts dans cette saison, environ un par épisode, parfois plus. Moins de sexe, ce qui fait du bien. Et quelques grandes révélations (enfin pas si grandes) sur les White Walkers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s