La fantaisie des Dieux. Rwanda, 1994 d’Hippolyte et de Patrick de Saint-Exupéry

Juillet 2013, les deux auteurs sont de retour au Rwanda, presque 10 ans après le génocide. Ce retour au pays leur permet de revenir sur les événements qui ont accompagné l’arrivée des troupes françaises au Rwanda fin juin 1994, lors de la désormais célèbre Opération Turquoise. Dès mai 1994, Patrick de Saint-Exupéry est sur place avec trois autres journalistes. Ils parcourent le pays à bord d’une voiture louée pour se rendre dans un camp de réfugiés rwandais en Tanzanie. Ils sont les témoins du génocide en cours, le gouvernement français à ce moment n’intervient pas encore, alors que depuis deux mois le Président sait que les Tutsis commencent à être massacrés. Il faudra attendre la mi-juin pour que les troupes françaises débarquent au Rwanda. Elles sont accueillies chaleureusement par les Hutus, qui pensent alors que la France vient les aider à finir « le travail ».

Les quelques survivants Tutsis se sont réfugiés dans les montagnes, notamment sur la colline de Bisesero. Là, ils se font régulièrement attaqués par les Hutus, qui les éliminent petit à petit. Un contingent de militaires français est au courant de la situation, un rapport est envoyé à Paris, mais il faudra plusieurs jours pour que les troupes françaises ne fassent évacuer la colline. Les réfugiés sont alors parqués dans des camps où les attendent leurs assassins d’antan et bientôt le choléra.

Hubert Védrine affirmera que la France peut être fière de son armée, que la France a sauvé des milliers de vie. Une vision fortement démentie par cette BD reportage.

Simple et efficace. Simple parce que cette BD reportage se limite à évoquer le rôle de la France dans le génocide rwandais, notamment sur la courte période qui va de mai 1994, date à laquelle le gouvernement est informé du génocide à juillet 1994, date à laquelle les troupes françaises débarquent effectivement au Rwanda. Efficace parce que l’album est un exposé implacable des faits. Le choix de placer le récit en 2013, en faisant des retours en arrière sur les événements au Rwanda en mai 1994, en les plaçant au regard de la diplomatie française, permet une prise de recul nécessaire pour l’exposé des faits et pour la mise en perspective des actions de chacun des acteurs. On sort de la lecture de cet album avec l’envie d’en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé au Rwanda et notamment sur les agissements coupables de la France. En cela, la BD est une véritable porte ouverte vers un sujet complexe mais ô combien essentiel.

Un dernier mot sur les choix graphiques. Le dessin est superbe, la profusion des couleurs au regard du sujet exposé rend la lecture de cet album étrange et ahurissante. L’insertion de photographie dans la planche dessinée est parfois brutale mais elle est nécessaire pour se rappeler que le réel est proche. L’association entre la BD et le photo reportage fonctionne merveilleusement car l’une et l’autre se complète. Avant la lecture de cet album, je ne pensais pas que l’inaction de la France avait été à ce point consciente. Et donc condamnable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s