BRNS au Chabada à Angers, 31 octobre 2014

L’an dernier, les boggans avaient découvert BRNS, ce groupe belge héritier de Radiohead, avec leur premier EP, Wounded. De fait, nous sommes allés les voir en concert, à l’excellent Chabada.

La première partie, assurée par Hungart Thorsen, ne nous a malheureusement pas convaincus : la voix éraillée du chanteur évoquait bien entendu celle de Tom Waits, et les deux autres membres du groupe, entre queue-de-pie et chapeau désuet, s’efforçaient de nous plonger dans une ambiance New York seventies, mais l’ensemble ne prenait pas.

P1210278

Hungart Thorsen : l’idée est là, mais…

Arrivent donc BRNS. Le quatuor ouvre directement le concert avec une chanson de leur dernier album, Patine, ce qui déjà constituait une bonne surprise, ne sachant pas qu’ils sortaient un album. Et tout de suite, le charme envoûtant des accords lancinants opère. BRNS propose un savant mélange de rock alternatif, mâtiné parfois d’électro et d’inspiration industrielle (notamment dans la saturation de la guitare jouée — décidément c’est à la mode — avec un archet à certains moments). Mais ce qui fait la force du groupe, c’est davantage les percussions, omniprésentes, entraînantes et enivrantes. Les deux claviers et la basse donnent une sorte de fond musical englobant qui plonge dans une ambiance hypnotique. BRNS, c’est de la transe version rock !

P1210308

Cet aspect est d’ailleurs bien plus présent sur cet album, beaucoup plus rock « alternatif » et moins techno/ indus que Wounded. Il peut paraître également plus lisse que le plus radical et plus âpre Wounded. Et pourtant : le batteur/ chanteur dont la voix lance toujours des complaintes mélancoliques proches de Grizzly Bears mais réussies ( ! ), par son dynamisme, mène tambour battant le groupe qui s’amuse avec les faux rythmes, avec les breaks et les reprises, les ponts musicaux et les passages énervés pour proposer une musique bien plus recherchée et bien plus mâture que l’on pourrait croire de prime abord.

P1210310

Le concert fut donc une progressive montée en puissance qui aurait dû électriser le public (qui resta bien mou, deuxième fois au Chabada… dommage). En tout cas, ce fut un ravissement complet. Bien sûr, les mânes de Radiohead planent sur BRNS mais leur propre identité vient de ce ton élégiaque, subtil mélange de chant mélancolique et de rythmes endiablés. BRNS, c’est à la fois émouvant, puissant, envoûtant et planant. C’est un très bon groupe.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s