Les Vieux fourneaux (tome 2 : Bonny and Pierrot) de Wilfrid Lupano & Paul Cauuet

Dans ces nouvelles aventures de Pierrot et de sa bande, Sophie ne sachant que faire de l’argent de sa grand-mère (voir le premier tome) l’a envoyé à Pierrot en se faisant passer pour Bonny Ann, une célèbre activiste libertaire. Ce qu’elle ne sait pas c’est que Pierrot était amoureux de la belle Bonny lorsqu’il était plus jeune, et qu’il n’a jamais accepté sa mort. Persuadé que Bonny est toujours en vie, Pierrot part à sa recherche. Il ne reste plus à Sophie qu’à trouver une moyen de sortir Pierrot de ce mauvais pas, sans lui faire de mal.

On retrouve dans ce deuxième tome tous les ingrédients qui ont fait le succès du tome 1 : des petits vieux anarchistes qui sont bien décidés à s’en prendre aux puissants de ce monde (ici l’accent est davantage mis sur le monde de la finance, mais les cadres de l’UMP ne sont pas loin, à moins que ce ne soient les mêmes), une femme plus du tout enceinte qui râle gentiment mais fort sur les absurdités de notre société de consommation (les baguettes de pain n’ont plus qu’à bien se tenir), du terrorisme situationnel mettant à profit les compétences gastriques de certains.

C’est drôle, pas toujours très frais, mais diantrement humain et Wilfrid Lupano est une bénédiction dans un océan pollué aux marées noires du capitalisme libéral triomphant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s