The Frame de Jamin Winans

Nouveau film du réalisateur de Ink, film génial fait avec trois bouts de fil et une imagination débordante. On attend donc ce nouvel opus avec impatience et… appréhension, Ink ayant quand même placé la barre très haut.

The Frame raconte la rencontre, par postes de télévision interposés, d’Alex, un Hispano voleur de cargaisons pour le compte de puissants cartels, et de Sam, une jeune ambulancière, essayant tant bien que mal de mener sa barque tout seule. Fait particulier, les deux individus ne semblent pas vivre dans la même réalité, mais se voient à travers les séries télévisées dont ils sont individuellement les héros et ils peuvent se parler via le poste de télévision.

Alors que Sam tente de refaire sa vie, en tirant un trait sur ses erreurs passées et sur ses liens avec sa mère, Alex essaie de raccrocher. Mais le cartel veut lui imposer un dernier travail, le dernier travail qui d’après Sam (et d’après les commentaires par les fans sur la série d’Alex) va le mener droit à sa mort. Elle va donc chercher à contacter le scénariste de la série d’Alex, pour lui faire changer le script.

Bon, on va faire un peu nos rabats-joie et dire que ce film n’est pas à mon avis du niveau de Ink, même s’il présente quelques trouvailles scénaristiques et quelques scènes qui sont tout à fait remarquables.

On comprend assez rapidement le principe du film et cette dualité spatiale entre les deux personnages. Rapidement aussi, on comprend toute la symbolique de cette dualité : dans notre société moderne, les individus ne se parlent plus ou par écran interposé (ici il s’agit d’une télévision, mais le même principe peut s’appliquer aux ordinateurs, aux téléphones portables), si bien que l’on vit des relations déconnectées, virtuelles … et donc fantasmées. Chaque individu est le centre de son monde, il peut dès lors mettre en scène sa vie, devenir une star d’un univers unique et personnel. Cette thématique n’est pas nouvelle et elle est assez bien traitée dans le film.

La confrontation entre Sam et le scénariste est géniale et toute la scène qui suit où elle tente de changer en direct le scénario de la série d’Alex est magnifique. On retrouve le même esprit et la même virtuosité que dans la scène en cascade de Ink, avec cette idée supplémentaire d’une vie écrite par avance et qu’un tiers essaie envers et contre tous de modifier.

Par contre, le film a quelques longueurs : certains passages sont très lents voire trop lents. Enfin, il est difficile de ne pas voir dans la vision de Winans de la vie humaine — en tant que résultante d’un scénario écrit par avance mais modifiable — une fort substrat religieux, pas énormément affiché dans le film, mais présent dans certaines répliques ou dans certains faits scénaristiques. Le film n’est pas moralisateur, mais comme il touche à la question de l’existence, il questionne son but et son mécanisme. Et comme il refuse une vision hasardeuse de l’existence, il en donne une vision spirituelle. Or, cette spiritualité est en fin de compte assez essentielle, ce qui est quelque peu dommage, car elle aurait pu être le résultat d’une conscience humaine qui ne peut accepter l’évidence du hasard de son existence. N’abordant pas cet aspect, le film ne laisse que peu de possibilité interprétative pour voir dans la spiritualité une construction humaine. Au contraire, dans ce film, elle est présente depuis le début et les protagonistes de l’histoire ne se sont pas encore éveillés à elle. (En cela, le film est très Mage, ce que Phil Brucato a bien noté.)

A noter, pour terminer, que la musique, particulièrement atmosphérique, est composée par Jamin Winans, comme c’était déjà le cas pour Ink.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s