Sargent, portraits of artists and friends à la National Portrait Gallery

Exposition à la National Portrait Gallery jusqu’au 25 mai 2015 sur John Singer Sargent (1856-1925) qui, selon le descriptif de l’exposition, était le plus grand portraitiste de sa génération. Une exposition plus classique que celle de la National Gallery puisqu’elle se contente de retracer les grandes étapes de la vie de Sargent, en s’organisant autour de cinq pôles géographiques (Paris, Broadway, Boston et New York, Londres et enfin l’Europe) afin probablement de mettre en lumière le goût de cet artiste pour les voyages (et les rencontres).

Tout l’intérêt de l’exposition réside dans la richesse des collections présentées, pas moins de 70 portraits qui permettent au visiteur de se rendre compte de l’étendu du talent de Sargent et … de son carnet d’adresses ! Il est en effet impressionnant de voir que cet homme a côtoyé de près ou de loin tous les grands noms des arts (pictural, littéraire, théâtral, musical) : Auguste Rodin, Vernon Lee, Claude Monet, Robert Louis Stevenson (dont le portrait seul dans sa maison est hallucinant), Gabriel Fauré, Henry James, John Butler Yeats (le fameux portrait au fusain) pour n’en citer que quelques uns.

John Butler Yeats, John Singer Sargent, 1908

La dernière salle est particulière, au regard du reste de l’exposition. D’abord parce que Sargent tout en continuant à réaliser des portraits de proches s’ouvre sur le paysage. Ensuite parce qu’il semble alors s’intéresser à l’acte de création, en peignant ses amis peintres alors qu’ils sont dans l’acte de peindre eux-mêmes : il peint sa sœur ainsi, puis un certain nombre d’artistes contemporains. Une mise en abîme assez intéressante. Enfin j’ai découvert que j’adorais un portrait de Sargent, que je n’associais pas du tout à lui mais au contraire au mouvement préraphaélite. il s’agit de « Carnation, Lily, Lily, Rose ». Magnifique portrait de deux fillettes jouant avec des lanternes en papier dans un jardin de roses et qui saisit le visiteur par la richesse de ses couleurs, la légèreté de sa composition. Et l’impression écran est impuissante à rendre compte de la force de ce tableau.

Carnation, Lily, Lily, Rose, John Singer Sargent, 1885-1886

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s