Game of Thrones (saison 5) de David Benioff & D. B. Weiss

Oyé, oyé braves gens ! Voici venu la nouvelle saison de GOT avec son cortège de personnages ! Même si depuis la fin de la saison 4 quelques sérieux prétendants manquent à l’appel. Mais qu’à cela ne tienne, le nain est toujours là, certes en mauvaise posture, mais toujours aussi bavard et diplomate. Et il n’est pas le seul à avoir échappé aux coupes scénaristiques. Jon Snow est toujours sur son mur, attendant que l’Hiver vienne à sa rencontre. Le pauvre est célibataire depuis la saison précédente, ce qui ne l’empêche pas de continuer son travail de surveillance et de chercher à se faire de nouveaux amis, de l’autre côté du mur. Stannis Baratheon est à ses côtés (de même que la prêtresse rouge), à la recherche lui d’une ultime victoire qui lui permettrait de remporter le Nord, Winterfell notamment. Mais cette partie de la carte est tenue par la famille Bolton, une bonne famille de tarés comme sait en faire la saga GOT. Le bâtard de la famille va même ajouter à sa collection un nouveau jouet, Sansa, qui n’a rien trouvé de mieux que de se jeter dans la gueule des Bolton, après avoir échappé aux Lannister (merci le M. le maire de Baltimore… comprenne qui pourra).

Côté Lannister, on essaie tant bien que mal de garder le pouvoir, mais il n’y a plus beaucoup de prétendants au trône : le père est mort, Joffrey également. Reste Cersei en mère régente, Tommen en roi juvenile et Margaery en belle-fille comploteuse. Jamie se souvient qu’il est père et cherche à récupérer sa fille des mains des Martell. Les mauvaises nouvelles allant toujours par pair, les habitants de King’s Landing se sont trouvés une nouvelle occupation : la religion. Et cette nouvelle religion auto-proclamée entend bien remettre de l’ordre dans les affaires du royaume, deux reines en feront les frais.

Que dire d’autre ? On est sans nouvelles de Rickon Stark, mais qui dit pas de nouvelles dit bonnes nouvelles. Et notre mère des dragons préférée a décidé de se poser un peu, histoire d’accumuler les problèmes au même endroit plutôt que d’avancer dans son entreprise. Bébés dragon vont bien, mais restriction budgétaire oblige, sortent en solitaire. Quant à Anya Stark, ça roulotte chez les Euthana… euh les trucs machins prêtres qui tuent des gens qui le mérite dans la ville-banque.

Bon, blagues à part, la série patine un peu dans le sable. Comme toujours le premier épisode est attrayant et les derniers également parce que les scénaristes nous font le coup des morts brutales (ici pas moins de quatre morts en l’espace de deux épisodes, dont 3 sans que l’on ne voit réellement leur dépouille, ce qui permet un max de spéculations sur Internet et évite les compte rendus directs sur la saison). Seul l’épisode 8 de cette saison est vraiment réussi et vaut le coup d’oeil. Pour le reste, beaucoup de blabla, beaucoup de bataille, de sang, d’humiliation, de scènes gratuites et des morts, toujours des morts.

On attend donc avec impatience les prochains morts (ou les prochaines résurrections). Quel est le prochain sur la liste des disparus? Vous le saurez en visionnant la saison 6 ! D’ailleurs, c’est peut-être la seule raison pour laquelle on continue de regarder cette série… Ah, si, aussi pour son générique avec sa carte en maquettes animées. Trop classe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s