Les Pieds bandés de Li Kunwu

Album en un tome sur une histoire personnelle de l’auteur d’Une vie Chinoise, celle de Chunxiu, nourrice de Li Kunwu et de sa sœur. Chunxiu est née dans une province et à une époque où la pratique des pieds bandés est encore valorisée. Pour trouver un riche parti et avoir ainsi une place à part dans la société et vivre de manière opulente, les jeunes filles sont contraintes de sa bander les pieds (pour atteindre la mesure presque magique de 7,5cm). L’opération est longue, très douloureuse et irréversible, laissant ces jeunes files, et plus tard ces femmes, dans l’incapacité de se déplacer normalement (elles trébuchent souvent, ne peuvent pas courir, avancent lentement et ne peuvent donc pas parcourir des distances importantes). Cette pratique est souvent comparée à la castration des Eunuques, mutilation obligatoire pour entrer au service de l’Empereur.

Chunxiu, sur les conseils de sa mère, est confiée à l’âge de six ans à une jeune femme riche — elle-même a les pieds bandés — qui va pratiquer l’opération : l’auteur décrit avec méthode cette pratique qui mêle superstition (il faut le sang d’un coq), obscurantisme et sadisme (les orteils de la jeune fille sont brisés et retournés contre la plante des pieds, puis le pied est complétement enfermé dans un bandage rigide qui doit être resserré à intervalles réguliers. L’épreuve est douloureuse, mais elle se couronne de succès car Chunxiu devient le meilleur parti du village et elle reçoit bientôt de nombreux cadeaux (y compris des objets provenant de l’Occident) sous l’œil admiratif des autres jeunes filles.

Ceci jusqu’à l’arrivée de révolutionnaires, qui vont mettre fin à ses pratiques dites féodales (que ce soit la castration ou la bandage des pieds). Chunxiu perd immédiatement son statut de privilégiée ; elle devient même le symbole du passé, celle qu’il faut à tout prix ne pas côtoyer. Elle parvient cependant à trouver une bonne âme pour accepter de se marier avec elle, un paysan pauvre mais peu regardant sur sa condition. De retour dans son village, elle sera agressée sexuellement par plusieurs individus, ce qui sonne définitivement le glas de son union et met fin à ses rêves d’épouse et de mère. C’est ainsi qu’elle devient la nourrice de Li Kunwu, une nourrice qui lui apprendra certaines légendes traditionnelles sous l’œil révulsé du père de l’auteur.

L’auteur, au fil de l’histoire, dépeint avec nostalgie la vie dans les provinces, en insistant notamment sur les petits métiers aujourd’hui disparus. Attitude classique chez celui qui garde toujours une certaine nostalgie pour son passé. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une profonde lucidité sur la violence de ces sociétés inféodées envers les femmes, lucidité qu’il combine à une connaissance parfaite des mécanismes dans ces sociétés anciennes (Chunxiu obtient réellement un bénéfice après sa mutilation), des milieux révolutionnaires (leurs violences à l’égard de ses traces du passé, qu’ils nomment notamment les vieilleries féodales est impressionnantes), et des sociétés actuelles (la souffrance de Chunxiu n’est pas sans rappeler certaines injonctions actuelles sur le corps de la femme).

On est donc loin d’une dénonciation simpliste d’une pratique révolue ou d’une autre dénonciation qui serait tout aussi simpliste d’une nouvelle ère révolutionnaire, l’auteur cherche davantage à montrer la violence, à l’égard des femmes ou à l’égard du passé. Li Kunxu décrit souvent l’histoire de sa vie comme une inexorable course en avant pendant laquelle il est interdit de regarder en arrière : l’amnésie est de mise, du passé il faut faire table rase.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s