Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow

Film sorti en 2012 et qui avait reçu à l’époque pas moins de 4 oscars, dont celui du meilleur film. Par son sujet (la traque de Ben Laden) et son réalisateur (Kathryn Bigelow plus connu alors pour le mythique Point Break et l’anecdotique Démineurs), nous n’avions pas souhaité voir le film à sa sortie. Quand un film accumule sur son nom les fantasmes d’une époque, à l’instar des romans de Michel Houellebecq, il vaut parfois mieux attendre quelques années avant de le voir (ou pas, dans le cas de Houellebecq). Nous avons donc attendu trois ans pour nous décider à le visionner, avec malgré tout un esprit très critique à l’égard de ce dernier qui faisait de la traque de Ben Laden un ressort dramatique et qui par son propos justifiait l’utilisation de la torture.

Le film s’ouvre sur une évocation des attentats du 11 septembre 2001, par le recours à un procédé déjà utilisé dans un autre film : des voix se font entendre sur un fond noir (une manière peu subtile de nous faire entrer dans ce film sous l’angle du documentaire, ce qui sera remis en cause dès les premières images). Michael Moore serait en droit de porter plainte pour plagiat, mais passons. Vient ensuite le personnage de Maya, agent de la CIA, qui à elle seule va traquer la piste de Ben Laden au Pakistan, jusqu’à son élimination le 2 mai 2011 (le film sort un an après et s’inspire des témoignages des soldats américains ayant participé à l’opération). 

Moins subtil, tu meurs. Dès le début du film, le personnage de Maya et toute la narration qui se met en place autour d’elle fait bidon. Par besoin d’aller lire les critiques faites à son encontre sur le web, on perçoit déjà à quel point le récit de cette femme portant sur ses seules épaules la traque de l’ennemi public numéro 1 ne tient pas. Et la faire interpréter par Jessica Chastain, plus à sa place dans Tree of Life, complète cette tentative navrante de nous faire croire au propos féministe du film. Sinon, une agent de la CIA qui est nommée dans la péninsule arabique puis au Pakistan et qui est spécialiste d’Al Qaida mais qui ne parle pas arabe : crédible ou pas crédible ?

Viennent ensuite les scènes de torture, justifiés par l’un des personnages comme étant le seul pour ne pas dire l’unique moyen d’avancer dans leurs enquêtes. Je crois qu’à un moment donné, le film démonte lui-même cette idée, quand l’enquête sur Ben Laden est relancée suite au travail d’une stagiaire qui s’est contentée de reprendre tous les interrogatoires réalisés auparavant (sans recours apparent à la torture) pour y découvrir un nouvel élément.

La réalisatrice insiste ensuite très lourdement sur l’incapacité des autorités (et notamment du chef de l’Etat) de prendre la décision d’intervenir, une fois la planque de Ben Laden en partie repérée. Le propos est très appuyé et se complet dans une mise en scène navrante sur l’incapacité des responsables masculins à prendre en compte le point de vue d’une femme. Tout cela me semble bien douteux et fort opportuniste de la part de la réalisatrice qui ici me semble quelque peu dévier de son sujet.

La décision (enfin) prise, l’opération a lieu. Les scènes de l’opération montrent un usage habile du montage pour nous faire croire à la réalité de ce qui est montré. Le recours à des images de caméras embarquées, à un montage en apparence inexistant (type Blair Witch), mais qui lorgne vers l’esthétique du jeu vidéo et produit parfaitement des effets de suspens derrière de prétendus effets de réel sont autant d’outil qui montrent l’habileté de la réalisatrice et son manque total d’honnêteté. Le cinéma hollywoodien embbeded avec les opérations spéciales pour dégommer du terroriste, en somme.

Un film opportuniste, avec une mise en scène lourde, soutenant des valeurs nauséabondes. A aucun moment, l’opinion qu’on s’était faite sur lui n’a été contredite par ce qu’on voyait. Le film fait bien l’apologie de la torture et met en scène la traque de Ben Laden de manière grandiloquente et sans aucun esprit critique. Du spectacle de très mauvais goût, sanctuarisé par un oscar. Youpi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s