Suffragette réalisé par Sarah Gavron et écrit par Abi Morgan

Sarah Gavron a réalisé cinq films avant celui-ci, cinq réalisations plutôt tombées dans l’oubli. Abi Morgan, quant à elle, a réalisé les deux saisons de The Hour, et a co-écrit le scénario de Shame de Steve McQueen. Le film s’intéresse au mouvement des Suffragettes et à la Women’s Social and Political Union créée par Emmeline Pankhurst en 1903 et dont l’une des membres, Emily Davison, a été tuée lors d’un derby en 1913. Même si ces deux personnages historiques apparaissent dans le film, elles restent au second plan, le récit s’intéressant davantage au personnage de Maud Watts (Carey Mulligan), à ceux de Violet Miller (Anne-Marie Duff) et d’Edith Ellyn. Maud et Violet travaillent dans une blanchisserie, leur condition de travail sont déplorables, elles sont moins payées que les hommes qui eux s’occupent des livraisons. Elles doivent subir les attouchements et les violences sexuelles de leur supérieur. Si Violet au début du film est déjà engagée dans le mouvement des Suffragettes, ce n’est pas le cas de Maud. Le film va donc suivre sa progressive conversion aux idées des Suffragettes et les conséquences de ce choix pour elle et sa famille.

On comprend rapidement pourquoi la réalisatrice et son scénariste ont choisi de ne pas se focaliser sur les figures historiques, pour privilégier des personnages fictives qu’elles peuvent utiliser à la fois pour construire leur intrigue et pour incarner les femmes engagées dans ce mouvement. La réalisatrice a donc privilégié le point des femmes des classes populaires, dans leur marche vers l’obtention du droit de vote. Le fait d’inclure malgré tout quelques scènes avec Emmeline Pankhurst et Emily Davison est intéressant puisqu’il raccroche le film à l’histoire. De ce point de vue le scénario est plutôt bien construit, le spectateur peut faire le va-et-vient entre des faits historiques et des scènes fictives sans avoir l’impression d’une superposition entre les deux.

Les acteurs sont bons, Meryl Streep est parfaite dans le rôle de cette leader à la fois proche et intouchable. Carey Mulligan et Anne-Marie Duff incarnent parfaitement cette image des femmes ouvrières qui s’éveillent difficilement mais surement à une conscience politique. Ben Whishaw est également parfait dans son rôle de mari veule et lâche malgré l’amour qu’il peut porter à sa femme et à son fils (et au roi).

Là n’est pas le problème.

Le premier défaut du film est sa trop grande sagesse. On ne peut rien lui reprocher en terme d’images ou de narration : le film est très classique, filmé avec soin mais sans génie, il perpétue un cinéma agréable mais sans réel charme. Un film qu’on oublie assez rapidement tant il se fond dans la masse de films du même genre, plaisant, divertissant mais peu surprenant.

Le second défaut du film — son principal défaut — est son absence de discours social, ce qui nuit au discours politique qu’il est censé faire revivre. Le film montre à plusieurs reprises que ces femmes travaillent dans des conditions difficiles et sont considérées comme des infra-citoyennes. Pourtant, il ne donne pas vraiment à voir le lien entre les deux. Or, derrière toute action réclamant des droits, il y a contestation de l’ordre social et politique. Mais au cinéma, on ne représente pas les deux fronts comme allant ensemble, ceux qui revendique ne font que demander l’obtention d’un droit au nom d’une égalité bafouée, mais leur revendication ne va pas jusqu’à la remise en cause du système. Cette vision d’un engagement soft, d’une révolte sans révolution est constant dans les œuvres de fiction, et elle est fatigante à force. Aucun lien donc entre les conditions sociales de ces femmes et leur revendication, aucune ouverture n’ont plus sur le fait qu’à l’époque encore 40% des hommes n’ont pas le droit de vote.

Au final, reste donc un final bien plan-plan pour un sujet qui aurait mérité un traitement plus radical — à l’image de l’évolution politique anglaise, finalement bien conservatrice ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s