Brooklyn de John Crowley

Un réalisateur qu’on a beaucoup aimé dans Boy A, un écrivain, Nick Hornby au scénario, Saoirse Ronan dans le rôle principal et une histoire sur l’immigration irlandaise aux USA — sur le papier, tout semble très prometteur, d’autant que l’actrice a reçu un grand nombre de nominations et de récompenses pour son rôle, on en salive donc d’avance (surtout M). Nous plongeons donc avec ravissement dans le petit village d’Enniscorthy, après-guerre, pour suivre les tribulations de Eilis, qui grâce à l’intervention de sa sœur et de ses contacts avec un prêtre aux USA va quitter la déprimante campagne irlandaise pour se lancer dans une nouvelle vie à Brooklyn. après un voyage difficile, et des premières semaines sur le sol américain assombries par son mal du pays, Eilis finit par se faire une place dans la communauté irlandaise de Brooklyn et surtout, elle rencontre son grand amour. Il n’est pas Irlandais mais Italien ce qui dans le Nouveau Monde ne pose aucun problème. At home, ce n’est malheureusement pas le même son de cloches…

Difficile de s’appesantir sur un film aussi fade. L’histoire n’est pas intéressante, Eilis hésitant entre faire sa vie aux USA auprès de son amour et rentrer en Irlande car se sentant coupable de laisser sa mère seule en Irlande (sa soeur meurt en effet peu de temps après son départ, gros spoiler mais en même temps on s’en fout un peu). Elle hésite donc et nous on s’ennuie grave.

La réalisation est poussive faute d’enjeu réel en terme de narration. Parce que le concept de la jeune fille qui se lance dans une nouvelle vie et hésite entre la sécurité du passé et la peur de l’inconnu n’est pas original et la proposition du duo Hornby / Crowley n’apporte rien de bien sérieux. On regarde une bluette dans tous les sens du terme et à part s’ennuyer on se pose des questions aussi universellement importantes comme « mais comment l’actrice peut être nommée aux oscars » et « j’espère qu’au moins ils ne vont pas lui donner », pour terminer par « en même temps ils l’ont filé à l’autre idiot qui a joué Stephen Hawkings, on n’est à l’abri de rien », « je vois bien un combo Saoirse Ronan dans la catégorie meilleur actrice et Sylvester Stallone dans celle de meilleur acteur ». Réponse le 28 février en espérant qu’ils ne lui filent pas en plus l’oscar du meilleur scénario et du meilleur film, parce que y a plus que la corde !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s