Alexander Calder : Performing Sculpture à la Tate Modern

Retour à la Tate modern pour une exposition sur Alexander Calder, célèbre sculpteur américain dont j’avais vu quelques œuvres dans les jardins du Rijksmuseum d’Amsterdam, des sculptures abstraites, toutes peintes en rouge, fixées au sol et qui ne m’avaient pas laissé une grande impression.

A contrario, la rétrospective de la Tate est impressionnante par la qualité et le quantité d’oeuvres présentées et elle parvient, malgré quelques défauts, à rendre parfaitement compte de l’apport de Calder : légèreté, mouvement, travail sur la lumière puis sur le son, les sculptures de Calder s’animent et bouleversent nos idées sur ce qu’est la sculpture.

L’exposition se déploie sur onze salles agencées de façon chrono-thématique, même s’il faut parfois faire quelques retours en arrière pour suivre scrupuleusement le plan. Dans les salles 1 et 3 sont présentées les œuvres en fil de fer réalisées par Calder. Beaucoup d’artiste se sont ainsi fait tirer le portrait (j’ai beaucoup aimé le portrait de Fernand Léger) et partagent cet espace d’exposition avec d’autres créatures comme ses acrobates ou ses animaux de cirque. On perçoit déjà la légerté des œuvres et, grâce à un habile accrochage, les jeux d’ombre et de lumière qu’elles peuvent créer. Une première vidéo dans la salle 2 permet de rendre compte d’une expérience menée par Calder avec Small Sphere and Heavy Sphere qui mêle dans une même oeuvre sculpture, installation et performance musicale (malheureusement voir en vidéo n’est jamais aussi bien que voir en vrai et puisque le but de l’œuvre était de montrer la variabilité des mouvements, le fait de ne voir que des mouvements enregistrés nie son propre caractère, mais passons). Dans la salle 3, une autre vidéo présente le cirque Calder, passionnant mais il faut rester debout pendant quarante minutes dans un lieu de passage pour la voir dans son intégralité, autant dire que personne ne reste.

Fernand Léger, 1930

De sa rencontre avec Pier Mondrian, Calder s’ouvre à l’abstraction géométrique à laquelle il veut joindre le mouvement. La salle 4 rend compte de l’évolution de son travail avec des œuvres où des éléments sculptés sont suspendus par des fils. Bientôt Calder y ajoutera de petits moteurs qui permettront à l’ensemble de sculpture de bouger de façon automatiques. Ici encore pas question de toucher ou de bouger les éléments, des vidéos sont proposées pour montrer les œuvres en mouvement (salle 5).

La salle 6 est entièrement consacrée aux réflexions de Calder sur l’environnement qui entoure ses sculptures, et sur la relation entre le premier et l’arrière plan dans ses travaux. Au passage il semble que les petits moteurs aient disparu et qu’à présent les éléments bougent au gré des déplacements d’air. Par le mouvement des visiteurs, on peut effectivement voir les éléments bouger (enfin), on retrouve les jeux de lumière et par l’adjonction d’un fond de couleur des effets de dimension.

Blue Panel, 1936

Les fonds de couleur disparaissent dans son travail, et étonnement on revient sur des formes plus fixes qui veulent rendre compte de l’immensité de l’univers (salle 7). Le livret d’exposition nous explique que Albert Einstein serait rester quarante minutes devant A Universe, attendant la fin du mouvement mécanique mais on ne sait pas ce qu’il en a pensé finalement.

Les dernières salles sont consacrées aux mobiles. Impressionnant de voir ces sculptures se mouvoir par le simple déplacement des visiteurs dans la pièce (de toute façon on ne peut pas les toucher pour les faire bouger plus). J’avoue que j’ai une nette préférence pour celles qui sont suspendues, elles semblent d’une telle légèreté et leur mouvement est cette fois aléatoire et non automatisé. Black Widow clôt l’exposition par sa majestueuse présence.

Black Widow, 1948

Une exposition qui malgré ses quelques défauts (l’usage de vidéo, la non prise en compte des temps de visionnage) donne une fidèle idée du travail de Calder et permet effectivement de mieux comprendre en quoi il a révolutionné la sculpture en la rendant mobile et sonore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s