Max Winson (tome 1 : la tyrannie) de Jérémie Moreau

N°1 au classement mondial de l’ATP depuis 7 ans, Max Winson a remporté tous les tournois auxquels il a participé depuis l’âge de 16 ans. Lorsqu’il pénètre sur le cours du Magnus Tennis Tournament, il ne fait aucun doute qu’il va à nouveau pulvériser son adversaire, ne cédant aucun set, voire aucun jeu. Devenu l’homme invaincu et imbattable, il est la coqueluche des adolescents, le Graal que les sponsors s’arrachent … et un casse-tête pour le monde du tennis tant il domine sans suspens ses adversaires. Ce palmarès incroyable, Max le doit à son entraîneur et père, un homme irascible qui ne supporte pas la moindre imperfection dans le jeu de son fils et fait de son entrainement un véritable parcours du combattant.

Deux événements vont venir gripper la belle mécanique : la maladie du père qui force Max à trouver un nouvel entraîneur et les propos agressifs d’une journaliste qui accuse Max d’être un bourreau. Deux événements qui vont peut-être sortir Max de sa torpeur.

Première création 100% Jérémie Moreau, avec un scénario original. Il est rare en effet que les auteurs de BD s’intéressent au sport (à moins de décrire une époque passé), encore moins qu’ils s’intéressent à un sujet aussi trivial que la fabrication non pas d’un monstre (quoique !) mais d’un champion.

Le dessin surprend (surtout si on le compare avec celui du Singe) : Max est représenté comme un ado mal dans son corps, un corps athlétique, trop grand, qui jure avec le reste des personnages. Même son visage parait plus lisse que celui de son père ou de son nouvel entraîneur (dessinés presque à la limité du flou). Un personnage hors norme, dessiné en opposition avec les autres personnages, avec ce visage trop lisse face à des visages plus torturés — l’effet est presque trop classique.

Pour l’instant, l’ensemble (histoire et dessin) me laisse une impression de froideur : les personnages sont soit antipathiques, soit inintéressants, et j’ai l’impression de regarder ce qu’ils font avec distance, sans être impliquée (intellectuellement ou émotionnellement) dans leur devenir.

Pourtant j’ai envie d’avoir le fin mot de cette histoire, tant le projet de Jérémie Moreau me surprend. J’attends donc avec impatience de lire la suite. Pour l’instant je trouve cet objet curieux, je ne vois pas ce que va en tirer l’auteur, ni ce qui l’intéresse vraiment dans l’histoire / l’expérience de Max. La référence à Albert Jacquard me laisse d’ailleurs songeuse, j’espère que le tome 2 m’en dira plus.

Publicités

Une réflexion sur “Max Winson (tome 1 : la tyrannie) de Jérémie Moreau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s