Vikings (saison 4) de Michael Hirst

Skål!

Sale temps pour les vikings. Après avoir essuyé un semi-échec en tentant de prendre la ville de Paris, la bande de Ragnar Lothbrok (Travis Fimmel) reprend le chemin de Kattegat en faisant bonne figure mais en contenant mal les plaies qui se sont ouvertes dernièrement : Ragnar a été sérieusement blessé et son état de blessé favorise les convoitises ; son fils Bjorn (Alexander Ludwig) décide de faire arrêter Floki (Gustaf Skarsgård) pour le meurtre d’Athelstan pensant bien faire mais laissant finalement la décision finale à son père ce qui ne manquera pas de l’embarrasser ; ce même fils a également décidé de laisser son oncle Rollo (Clive Standen) prendre en charge le campement viking qui reste aux abords de Paris, ne soupçonnant pas alors la trahison de ce dernier et son ralliement aux Francs ; quant à Lagertha (Katheryn Winnick), malgré son retour triomphal de la campagne sur Paris, elle doit partager son trône avec son ennemi d’autrefois, Kalf (Ben Robson).  Alors qu’il revient à lui et semble reprendre les rênes du pouvoir, Ragnar doit agir selon les attentes de son clan, mais contre sa volonté propre…

Bon là à lire le résumé, on croirait presque y lire le début d’une super saison sur les agissements de Ragnar par rapport à son frère ou à Floki. En fait, la narration se perd rapidement en trames secondaires inutiles, qui ne servent qu’à permettre aux réalisateurs de filmer quelques scènes tape-à-l’œil qui virent au portnawak absolu.

Quelques exemples rapidement : l’esclave chinoise ne sert à rien si ce n’est à fourni Ragnar en « médecine chinoise » et à nous divertir d’une très pathétique scène de sexe dans une baignoire ; le personnage de Kalf disparaît aussi rapidement qu’il était apparu, ce qui permet quand même à Lagertha d’avoir son « red wedding » ; Rollo fait découvrir les joies du sexe à la princesse Gisla (Morgane Polanski) qui n’en peut plus…  pendant que le Comte Odo (Owen Roe) s’excite avec des fouets.

Quant au spin-off interne à la série, il se poursuit tranquilou avec notre bon vieux roi Ecbert (Linus Roache) — « et pendant ce temps, au royaume de Wessex… » — dans une tentative shakespearienne, qui aurait pu marcher, si elle n’était pas torpillée par le fait même qu’elle n’avait plus rien à voir avec la série dans laquelle elle est inscrite, de nous raconter l’émergence du règne d’Alfred le Grand, premier roi de tous les Anglais.

« Hein, hein, hein, je vais être le roi de Wessex et de Mercia et tout le monde s’en fout ! »

Car, problème : ici, tout est cliché, stéréotype et caricature. Les anachronismes, que l’on avait déjà souligné pour la saison précédente, vont bon train. Rappelons que Ragnar, qui est celui qui a mené le premier raid viking connu à Lindisfarne en 793 est donc aussi celui qui mène le raid contre Paris… en 845, défendu par un comte Odo… soit Odon ou Eudes ce qui signifie alors que le siège en question est celui de 885/6 et donc que Ragnar n’a pas plus de 70 ans (si on compte qu’il en avait 20 dans la saison 1) mais plus de 100 ! Ce qui explique, bien sûr, bien sûr, que Rollo, son frère, ne soit autre que Hrolf, c’est-à-dire Rollon, celui qui signe le traité de Saint-Clair-sur-Epte avec Charles le Simple en 911 et qui est marié à Gisèle (Gisla)… soit 128 ans après le début de la série. Mais bon, la bière en trinquant à coups de skål, ça conserve ! Mais bon, les scénaristes ont du se dire que tout cela était un peu trop complexe : la preuve, Eudes ne sera finalement pas notre Eudes, premier roi robertien en 888 puisqu’il est tué, dans la série, par Hugues qui devient marquis de Neustrie à sa place (dans la série ils disent « en charge de la défense de Paris », oui car la Francie occidentale se réduit à Paris, hein, où les cloches sonnent en permanence). Mais alors, on doit être en 868 ? Et qui est l’empereur ? Charles le Chauve ? Charles le Simple ? Oui, mais vu que Alfred a une petite dizaine d’années, alors on doit être vers 860 ?

Admirons ensemble une armure de la plus belle manufacture franque, type carolingienne du XIIIe siècle. 🙂

Au-delà de ces anachronismes qui fait que tout boggan ayant suivi les cours d’histoire de la Normandie médiévale de Claude Loren et ayant préparé l’agrégation sur la question « Pouvoirs, Eglise et société dans les royaumes de France, de Bourgogne et de Germanie aux Xe et XIe siècles » (souvenirs, souvenirs…), après y avoir perdu son latin,  adopte une attitude blasé et se tamponne de ce que la série lui dit, c’est l’esprit avec lequel la série montre ce flagrant mépris de l’histoire qui est déplorable, car elle n’est même pas respectueuse des vikings. Le logo History est ainsi devenu une source de ricanement pour une série qui cumule à présent les clichés et les stéréotypes sur les vikings, en y ajoutant quelques obsessions bien actuelles et bien connues de Hirst.

« V-Day. »

On se rend compte  à quel point la série a chuté lors de l’épisode Yol qui tente, comme son nom l’indique, de nous présenter les festivités du même nom. Cela se réduit à deux-trois plans sans aucune mise en perspective. On est loin de la première saison lorsque l’histoire et la saga étaient assez habilement entremêlées pour donner une trame convaincante. On se croirait revenu au doux temps des Tudors où le substrat historique ne servait qu’à enchaîner des scènes de sexe assez peu réussies et des scènes de batailles clinquantes, le tout pour un rendu flashy et dénu(d)é d’intérêt tant historique que narratif .

Tout ceci est navrant. On a l’impression que Hirst se dit qu’avec la baisse de régime côté cul-HBO, il a un créneau à reprendre. Et en plus comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, il semblerait que cette saison ne soit pas terminée et que dix nouveaux épisodes nous attendraient très prochainement. Et avec Jonathan Rhys-Meyer !

Un seul mot, même si c’était impensable chez les vikings : fuyons !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s