Fishing the Sloe-Black River de Colum McCann

Recueil de douze nouvelles, publiées en 1994 par Colum McCann. On y trouve pèle-mêle une ancienne prostituée (Sheona) qui va rendre visite à sa sœur Brigid, nonne dans un couvent du Maine ; un homme qui prépare le petit-déjeuner de son petit ami Enrique, probablement malade du sida ; un Japonais vivant dans un village irlandais, collectionneur de papiers peints ; une groupe de femmes qui préfèrent pêcher pendant que leurs hommes jouent au football ; un vieil homme, ancien boxeur, qui vole un vêtement dans une laverie automatique pour sa femme… qui l’a quitté il y a déjà plusieurs années ; un adolescent meurtrier qui décide de se rendre à la police parce qu’il a peur du noir ; un éducateur social qui n’est pas enchanté à l’idée de se rendre au mariage de l’une des ses proches patientes ; un homme qui découvre après plusieurs années de mariage qu’il ne connait pas complètement sa femme ; un enfant handicapé qui jette le vélo construit patiemment par son père dans la Liffey ; une femme qui parle à une amie morte, tout en la maquillant pour son enterrement ; un homme qui fabrique des cygnes pour chaque personne tuée pendant les Troubles.

Je poursuis donc ma lecture des ouvrages de Colum McCann (plus qu’un à lire !) avec ce recueil de nouvelles, qui est à la fois son premier recueil (sur les trois qu’il a écrit) et son premier ouvrage publié. Je remonte donc à la source. Contrairement à ses autres recueils de nouvelles, les textes sont courts, trop courts et à moins de chercher des parallèle là où il n’y en a probablement pas (genre il écrit un recueil de nouvelles sur l’homme, comme point commun entre tous les textes on peut difficilement faire plus basique), il n’y a pas de thématique commune entre toutes ces nouvelles.

Certaines sont plaisantes à lire (comme la dernière « Cathal’s Lake » avec l’histoire de cet homme qui fabrique des cygnes), les autres sont finalement assez vite oubliables. On retrouve la passion de Colum McCann pour les destins ordinaires, mais sans son incroyable habilité à mêler les histoires pour mieux nous emporter. Je trouve que l’ensemble est assez anecdotique et n’a d’intérêt que pour découvrir les premiers écrits de cet auteur ou comment il s’est largement amélioré depuis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s