Nos cinq meilleures séries TV de 2016

Si l’année 2016 a été relativement pauvre en ce qui concerne les sorties cinéma, les boggans se sont en revanche régalés avec quelques très belles séries TV. Voici donc le classement pour cette année 2016 :

 

5e ex-aequo The Leftovers, saison 2 (1 point) : certes, Damon Lindelof renoue avec ses travers de récit choral diffracté dans lesquels les personnages se retrouvent finalement parce que, hein, ils étaient « chosen« , mais malgré ce défaut (et un dernier épisode totalement raté), la série continue d’interroger le coeur de l’identité religieuse de l’Amérique, et pour cela reste fascinante, d’autant qu’elle est portée par l’envoûtante musique de Max Richter.

5e ex aequo : The Man in the High Castle, saison 1 (1 point) : malgré plusieurs défauts d’écriture, des personnages parfois un peu faibles, cette série propose un portrait de l’Amérique actuelle derrière l’uchronie apparente. Très intriguant pour le moment.

4e The Knick, saison 2 (4 points) : Soderbergh est un auteur majeur. Il l’a déjà montré de nombreuses fois, mais avec The Knick, il a réussi à nous montrer comment des convulsions du monde ancien est né le nôtre dans tout son optimisme aveugle et sa noirceur lucide. Brillant.

2e ex-aequo, Le Bureau des légendes, saison 1 et 2 (7 points) : Une série qui allie à la fois le suspens d’un divertissement de type polar/ film d’espionnage et un propos sur le monde actuel au point même de nous gêner tant le sujet est brûlant, est-ce possible ? Et en plus elle est française ? Le Bureau des légendes est en cela une réussite pleine et entière. On a à la fois hâte et on a très peur de voir la suite…

2e ex-aequo, The Night Of (7 points) : une plongée en apnée dans le système judiciaire et carcéral américain, portée par des acteurs excellents et surtout par une réalisation et une écriture patientes et sobres. Magistral.

1. Stranger Things, saison 1 (10 points) : Voilà un récit au sens premier et réjouissant du terme. Bien structurée, présentant une vision de l’enfance qui ne se résume pas à une mièvrerie, ouvrant grandes les portes à la fois de l’imaginaire mais aussi du cinéma des années 80 pendant lesquelles l’action de la série a lieu, les frères Duffer ont ici réussi un coup de maître en s’adressant directement à cet enfant-là qui sommeille en nous. La série la plus enthousiasmante depuis bien longtemps. On en redemande, comme des gosses… et l’adulte par contre craint la déception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s