Crossbones (saison 1) de Neil Cross, James V. Hart et Amanda Welles

En cette fin d’année un peu morose, les boggans souhaitaient regarder une série un peu full déconne, histoire de se changer les idées après la somptueuse série The Night Of et la très ennuyeuse Westworld. Nous avons donc jeté notre dévolu sur Crossbones, une série de pirates, diffusée en 2014, à peu près en même temps que Black Sails. La première saison (et unique saison eu égard aux audiences), se passe dans la Caraïbe, comme il se doit, et suit le parcours du célèbre pirate Blackbeard (incarné par John Malkovich, rien que ça) alors qu’il s’est installé sur une petite île et y dirige une communauté d’exclus, une république de pirates, qui le reconnaissent comme leur chef, leur président. Notre gentil pirate profitant d’une retraite bien méritée, n’ambitionne que de vivre de jours paisibles sur son île, mais un commandant anglais ne l’entend pas de cette oreille. William Jagger (Julian Sands, à la coiffure improbable) pensait avoir tué Blackbeard il y a quelques années mais a appris que ce dernier était encore bel et bien vivant ce qui l’a mis dans une rage folle. Il décide alors d’envoyer un appât à Blackbeard (sous la forme d’un magnifique instrument de navigation) dans l’espoir que ce dernier chercherait à le dérober et qu’à ce moment-là son homme de main, Tom Lowe (Richard Coyle), en profiterait pour tuer l’infâme pirate. Le plan se déroule à peu près comme convenu, sauf que Blackbeard n’est pas lui-même présent lors de la capture de l’objet ce qui oblige Tom Lowe à se composer un nouveau rôle afin d’approcher le pirate dans son repère. Il y parvient mais ne se doute pas que sa rencontre avec Blackbeard va changer sa vie…

Je crois que c’est la première fois que je vois une série aussi mal fagotée : le scénario est tellement alambiqué qu’à la fin on ne se demande même plus si tout cela est cohérent, on se content de regarder le désastre. Le montage est hallucinant enchaînant des scènes de jours, puis de nuit sans transition et alors que les personnages poursuivent leurs actions et qu’une journée ne s’est pas passée. Mister Lowe oublie rapidement le but de sa mission (au trois-quart de l’épisode 1, il parvient à empoissonner Blackbeard) décide de ne pas tuer Blackbeard parce qu’il voit une vague scène avec des Espagnols dont on ne comprend pas grand chose mais lui, oui, apparemment. Ce qui permet aux scénaristes de servir quelques épisodes de plus. Bref rien ne tient dans cette histoire.

Les acteurs sont coincés dans des personnages improbables et font ce qu’ils peuvent pour rendre tout cela un peu crédible. John Malkovich sert des dents, tente une fois ou deux de nous faire peur mais on a quand même l’impression qu’il est surtout content de se balader dans des tuniques blanches sous un soleil radieux pendant le tournage. Quant à Richard Coyle, que je découvrais ici, il porte plutôt bien l’habit de pirate, mollets au grand air, mais il manque un peu de charisme. Du coup la série se regarde avec un sourire au coin des lèvres et avec en tête une question lancinante : qui a payé pour ce désastre ? Par contre, les acteurs ont du bien s’amuser et passer du bon temps. Tant mieux pour eux, hein.

Où en étais-je déjà ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s