Logan de James Mangold

Nous sommes en 2029. Pour quelle raison, aucune idée, mais cela doit avoir une certaine logique pour les scénaristes. Les mutants ont pratiquement disparu de la surface de la planète et les X-Men ont été bannis, l’organisation dissoute car jugée terroriste. Logan (Hugh Jackman) cuve son vin dans son coin, en gagnant quelques piécettes en échange de ses services de chauffeur et pour le reste il passe son temps libre à s’occuper de Xavier (Patrick Stewart), qui est au repos dans un gigantesque container. Arrive une femme. C’est toujours un problème une femme dans un film de super-héros car à coup sûr elle va obliger le dit-héros à sortir de sa routine quotidienne. Elle souhaite embaucher Logan pour conduire sa fille Laura (Dafne Keen) au Canada (oui parce que depuis Trump et surtout Trudeau, tout le monde veut se barrer au Canada). Au début, Logan grogne pour dire qu’il est pas d’accord, mais après il grogne une deuxième fois et là ça veut dire qu’il est ok (j’ai langage : Logan lu et parlé, mais pas écrit c’est pas nécessaire). Comme il y a des personnes qui souhaitent mettre le grappin sur la gamine, une poursuite s’engage pour savoir qui va atteindre la frontière canadienne en premier, et commence un road-movie qui va s’achever en drame, forcément.

Attention : spoilers à frire s’ensuivent.

Le film est en réalité une longue suite de scènes d’action, plus ou moins inutiles jusqu’au final près de la frontière où Laura rejoint d’autres enfants comme elle. Xavier et Logan feront d’ailleurs le sacrifice de leur vie pour permettre à ses enfants de pouvoir vivre, eux qui sont des mutants. Tout évocation subtile de la situation aux USA est à proscrire dans un film grand public, il vaut mieux y aller à l’artillerie lourde.

Passons sur la subtilité du propos et revenons sur les deux personnages de Logan et Xavier. Dans ce film, le spectateur assiste à leur mort. Rien que ça. Et pourtant le film est ennuyeux de bout en bout. Les scénaristes et le réalisateurs sont tellement occupés à nous en mettre plein la vue à grand renfort de bagnoles et de flingues qu’ils en oublient l’essentiel : la mort de deux figures héroïques. Mais le réalisateur a réussi à faire de ces deux événements importants des scènes quelconques. Comment peut-on rater la mort de Xavier et de Logan ?

Le foirage est d’autant plus intégral que le film était annoncé à grands coups de bandes-annonces ultra-dramatiques avec la musique ballade hyper triste. Alors là, attention : Marvel allait nous livrer un film « daaaaaark », tu vois, genre, triste, mature, avec des vrais sentiments humains dedans, hein. Or, le résultat est ennuyeux, pénible, lourdement écrit et, ah, ah, n’évite pas le coup de la famille noire qui meurt, parce que, hein, bon, on veut bien sauver des Mexicains, mais des Noirs, faut pas déconner : Hollywood n’a pas grandi à ce point.  Ah puis ils nous font un truc à la Terminator, avec le jeune Logan qui vient combattre le vieux Logan qui a encore du fil à retordre… *Bâillement.*

Du coup, pour une fois, on espère un reboot, pariant sur le fait qu’ils ne peuvent pas faire pire et que sur un malentendu ils peuvent faire un peu mieux, sait-on jamais.

Argh ! Damned ! Revoilà la Team-Rocket !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s